Encore de tout et de rien mais qui sent bon le déménagement futur.

pour éviter de trop glander avant la minipelle, on s’est occupé de tout ce qu’on doit faire depuis une plombe et qui est repoussé par manque de temps..

on a commencé a poser le papier kraft pare-poussière sur les rampants.

DSCF2222_phatch

puis je me suis occupé de finir d’isoler notre velux. liege sur les coté et ouate de cellulose en vrac au niveau de la paille.

j’ai commencé par recouper bien droit la volige a la festool pôôôwa en version spiderman.

DSCF2258_phatch

puis pour faciliter la pose du futur lambris, je lui ai donné une pente a 45 °, toujours a la festool pôôôwaaa défonceuse. notez la précision de l’outil qui m’a permis de me faire une coupe chaussée au moine avec une fraise droite et ce, uniquement sur l’arrière du crane ! ( comment ça, sur le devant aussi ? ) ‘sont trop fort chez festool, niveau précision.

DSCF2276_phatch

DSCF2278_phatch

mise en place de la ouate de cellulose sur le bas de la fenêtre

DSCF2270_phatch

DSCF2271_phatch

puis isolation du tour du velux et de l’intérieur des poutres en I avec du liège.

DSCF2267_phatch

DSCF2291_phatch

et fini, tout propre, que y’a plus qu’a l’habiller avec du lambris.

DSCF2293_phatch

au passage et a titre d’information, le liège a la circulaire, ça coupe nickel propre. pas d’arrachage, finition propre et on peut même découper des bande de 2 cm.

pendant ce temps, dame Estelle a commencé les cloisons intérieur en terre paille.

barbotine liquide et paille mélangé a la main.

DSCF2282_phatch

DSCF2285_phatch

DSCF2297_phatch

de prés. je pense que c’est un bon compromis, entre le poids et l’inertie que pourrait procurer la terre. et même si c’est salissant, c’est relativement facile a faire. pis, une fois de plus avec le terre paille, ça coute presque rien.

DSCF2349_phatch

de mon coté, j’ai attaqué notre paroi de douche.

bloc de béton cellulaire qui sera carrelé a l’intérieur et enduit chaud classique en extérieur.

j’ai du mettre une assise assez épaisse pour compenser la hauteur de la bonde de douche. du coup, le bac sera un poil plus haut que prévu mais bon, rien de dramatique.

DSCF2316_phatch

DSCF2323_phatch

et montage de la cloison. c’est quand même pas mal le béton cellulaire. ça se coupe ( pas besoin d’une scie spéciale fait pour, une vielle scie a bois a grosse dent fait très bien l’affaire ), lime, perce assez facilement tout en étant très costaud. par contre, ça n’aime pas les chocs…

DSCF2333_phatch

DSCF2344_phatch

autre chose que je devais faire depuis une plombe. la dalle de poêle de masse…

alors, la, ça a été une grande source de réfléchissement intense. d’un coté, on a un plancher paille très très bien isolé et de l’autre, cette dalle qui doit être aussi, bien isolé, si possible mais pouvant supporter le poids de l’éventuel poêle de masse. et la, c’est le drame…

parce que des béton allégé très bien isolé, y en a pas mal, béton de liège, de chanvre, de vermiculite etc… mais niveau résistance, niet !

donc, finalement, on s’est rabattu sur une dalle en béton armé de 8 cm, le tout recouvert de carreau de béton cellulaire avec isolation périphérique en liège. le tout sera recouvert une fois de plus, de liège et de parquet que l’ont pourra virer plus tard quand le courage nous sera venu pour attaquer ce poêle de masse. c’est bonnard dans les deux cas. qu’on fasse le poêle ou pas, on est bien isolé d’un coté et moins bien isolé mais costaud dans l’autre.

ça nous aura quand même couté un peu de thunes cette histoire, le liège, c’est pas ce qui a de meilleur marché…

DSCF2301_phatch

DSCF2350_phatch

DSCF2401_phatch

voila, voila. j’attaque aujourd’hui, mes deux premières semaines de vacances et j’ai reçu la mini pelle, hier. donc FIGHT !

 

 

Paille ou l’art de la découpe de botte. ( et c’est long… )

outre le fait qu’on ait moins de mains d’œuvre et moins de temps disponible, on est dans les détails et c’est long…

finir les pignons demandent beaucoup de petite botte, de comblage de petit trou et le haut des murs ne sont pas en reste avec les petites bottes en triangle qu’il faut faire a façon.

commençons par le haut des murs. pour finir le mur sous le rampant, on a decoupé des bottes en oblique. mais il reste toujours un petit jour a combler.

estelle s’y est donc mis et y a passé quelques sacs de paille.

DSCF0026_phatch

DSCF0028_phatch

puis on a découpé les premières bottes triangulaire. ça, ça va être casse bonbon…

a fabriquer, c’est long mais en plus faut être précis en mesurant la hauteur nécessaire sous peine de ne pas pouvoir l’insérer.

DSCF0033_phatch

enfin, voila, c’est le boulot de madame et elle est pas rendue…

de mon coté, j’ai attaqué les hauts de pignons.

remplissage divers zé varié avec découpes a tous les étages et le tout, en milieu hautement casse gueule. pour le bas, sur l’échafaudage, on doit être a 5 mètres de haut mais tout en haut, ça va être sportif pour monter les bottes, les insérer plus ou moins en force et le tout a 8 mètre de haut sur une planche de 20 cm de large. arf ! j’en rêve déjà…

et la, c’est pas très haut…

DSCF0037_phatch

j’ai bien remis mon harnais mais c’est bien brise burne car il faut continuellement se détacher pour se déplacer d’un coté a l’autre de l’échafaudage.

le premier coté…

DSCF0030_phatch

le comblage des angles…

DSCF0038_phatch

et les deux coté fini

DSCF0048_phatch

pour finir, il faut qu’on déplace l’échafaudage en ne mettant que deux pieds au milieu afin de pourvoir monter au plus haut dans le pignon.

vu qu’on aime bien démonter notre échafaudage mais quand même, pas tant que ça, j’ai attaqué la barbotine car une fois déplacé, je n’aurais plus accès aux angles.

et c’est la première fois que je touche a la terre. quand même… trois semaines qu’on a attaqué et j’avais toujours pas eu l’occasion de jouer avec la terre.

bon… c’est toujours aussi agréable. Estelle préfère mettre des gants mais a main nu, ça va aussi bien.

P1110791_phatch

remplissage des trous aux torchis et barbotinage du reste.

par contre, le remplissage des trous et encore plus, des écarts, dut au montant de fenêtre consomme en paille autant que ce que bouffe en gasoil, un 4X4 moderne utilisé quotidiennement pour la chasse a la baguette de pain en milieu urbain.

pour faire la bande que l’on voit sur la photo qui suit, j’ai bouffé un sac de 130 litres de paille en vrac ! je pensais qu’on ne saurait pas quoi faire de la multitude de sac qu’on a rempli après le plus gros de la paille posée mais je me demande si on va pas manquer finalement.

DSCF0055_phatch

tu le vois l’intérêt du pantalon de travail avé genouillère intégré ?

P1110801_phatch

et pendant ce temps la, Estelle m’alimentait en terre et s’occupait du bas du mur

DSCF0054_phatch

et pour finir, j’ai suivi les conseils de « jazmi » qui nous ramène quasiment 2 ans en arrière… oui, bin, on est pas loin de la suisse, d’abord… c’est un des trucs, que je devais faire mais qui pressait pas et qui est passé a l’as pendant donc, deux ans.

jazmi ( Jérôme, quoi ! ) m’avait conseillé d’échanger des chevilles bois par du boulon de charpente sur mes entraits retroussés ( les gauche droite ). pas que ça posait problème apparemment mais c’était mieux et plus costaud donc…

P1110743_phatch

avec le haut des murs qui arrivait, il a enfin fallu que je m’autobotte le cul pour m’occuper de ce point la. j’en ai profité pour remettre un coup de clé a tous mes boulons et certain était lâche, très lâche… c’est assez impressionnant…

 

 

 

 

 

Paille ! ou l’art de trouver un titre d’une originalité extravagante a son post

bon, il y avait bien les jeux de mots style « il n’y a que la paille qui m’aille »,  » on peut maintenant mettre un « paille a son » devant notre porte », « la paille, ça me botte » etc… mais vous conviendrez avec moi que ces jeux de mots digne des roucas d’or ne sont pas des plus tordants. faisons fi des convenances et allons vers la simplicité, que diable ! ( et je fais c’est qu’est ce que je veux d’abord ! )

bon, si vous trouviez que mes post sont souvent long, ( trop ? ) je suis au regret de vous avertir que celui ci risque d’être trééés long. 2 semaines de chantier a plein temps, une étape importante de la maison font que j’ai une chié, plus un tas, de photos et de choses a vous raconter. donc, installez vous confortablement, un petit café ou une tisane, un doliprane et en avant.

malgré tous mes efforts, il me manquait une semaine de taf’ a temps plein pour être fin prêt pour ce chantier. j’ai donc embauché sylvain, qui s’est gentiment proposé pour le week end pour finir mes dormants.

on a attaqué vendredi après midi en finissant de préparer les pièces des différents dormants.

de son coté, sylvain s’est mis au rabot électrique pour faire les pentes des gouttes d’eau, raboter les faces apparentes tout en me filant un coup de main pour passer les grandes pièces dans la machines a bois.

P1110424_phatch

P1110426_phatch

j’ai ensuite fini de passer dans la machine a bois, tous les morceaux de bois qui constitue la partie basse de la fenêtre et qui est en trois partie de 20 cm de large, chacune, afin de dépasser de la paille et des enduits plus tard.

j’ai fais simple et préféré un assemblage rainure languette.

P1110453_phatch

pour la partie intérieure, nous avons décidé avec madame, de donner un ovale a la tablette. un bout d’osb qui sert de guide, un coup de toupie et on obtient un joli arrondi du plus belle effet.

P1110419_phatch

P1110420_phatch

P1110594_phatch

samedi, débarquement de la troupe de choc pour vider la belle ( mais grosse ) remorque de paille qui s’est pointé vers 10 h.

Chapeau a Rémi qui nous a sauvé le chantier en nous fournissant la paille manquante mais qui s’est aussi cogné 6 heures de tracteur aller retour pour arriver a destination.

le temps de s’organiser, de trouver qui fait quoi et en deux heures, c’était plié !

sylvain sur la remorque

P1110443_phatch

« Nano » ( alias   » t’es l’vé, fainéant ?  » ) a la réception sous la maison

P1110446_phatch

Gerald ( alias « grand machin » )

P1110436_phatch

jean michel ( alias « jean mi-MI-mi-MI-mi-MI » )

P1110433_phatch

et Charlie ( alias « laisse, j’vais le faire le boulot » et accessoirement réveil matin quasi quotidien des protagonistes susmentionnés 🙂 )

P1110445_phatch

et on peut apercevoir Rémi ( alias tractor man ) en train de faire le tour de sa remorque pour récupérer le nombre impressionnant de sangles qu’il avait mis sur son chargement

P1110440_phatch

en gros, ça a bien dépoté et je les remercierais jamais assez pour ce coup de main.

bon faut voir ce qu’il m’ont couté en apéro et en merguez juste après… rhôôô, les saligot…  Attila et ces Huns passerait pour des gentlemans a coté et n’aurait pas laissé un bar aussi dévasté après leur passage 😛  ( taquin ? moi ? )

inutile de dire que la reprise fut rude mais on s’est quand même mis avec sylvain, au premier essai de pré trempage des bottes.

petite aparté a ce sujet. nous étions parti pour pré tremper nos bottes dans la barbotine pour gagner du temps, même si les temps de séchage pouvait faire croire le contraire.

sur l’atelier, l’opération d’application de la couche d’accroche a la tyrolienne s’était soldé par un échec cuisant et sans l’aide de notre voisin et du prêt d’un sablon appartenant a son beauf’, on aurait été mal barré. l’expérience a donc, joué en faveur de ce pré-trempage de botte en suivant la méthode de Tom Rijven et de son excellent bouquin  » entre terre et paille  » ( qu’il vous faut posséder, si vous partez sur les enduit terres, ne serait ce que pour les photos et idée de déco a base de terre qui sont juste sublime ).

mais… il y a un petit détail insignifiant au premier abord mais qui a son importance pour la suite des évènements qui ont fait que ça ne s’est pas passé comme prévu.

sylvain a touillé les premières baignoires de terre au malaxeur

P1110454_phatch

puis on a fait les premiers essais.

P1110462_phatch

P1110457_phatch

et le mais… arrive. on a donc suivi les instruction du bouquin de rijven, soit trempage dans une barbotine yaourteuse pendant 5 secondes sur chaque face.

le hic, c’est que les brins aspiraient méchamment la barbotine et on trouvait déjà que c’était too much. mais bon, on a continué et stocké les bottes pour séchage.

P1110466_phatch

P1110479_phatch

et malgré deux jours a 30 ° de moyenne, elle n’ont pas ou peu séché… alors l’empilement a peut être été un facteur de cette longueur mais même après les avoir sorti de la serre et mis a plat, en plein soleil, toujours pas d’amélioration notable.

donc, finalement, a ce rythme la, on s’est dit que ça n’allait pas le faire et qu’a la fin des deux semaines, on aurait peut être fait un mur a tout casser. on a donc abandonné le pré trempage. mais ça me chagrinait de ne pas comprendre le pourquoi du comment. et après re-lecture du bouquin, j’ai pigé le truc qui n’allait pas.

dans le bouquin de rijven, il utilise sa technique dites de CST soit cellule sous tension. en gros, ossature légère classique mais il met les bottes debout, soit les brins de paille a la verticale et c’est, ces faces qui sont pré trempé et enduite. du coup, le pré trempage de 5 secondes sans surplus de terre se justifie car avec les brin de paille dans ce sens la, la barbotine a du mal a pénétrer alors que nous, en présentant les faces horizontales, les brins de pailles ont aspirés la barbotine, ni plus ni moins… d’où un excès de barbotine et un séchage beaucoup plus long voir trop long avec un brin de paille mouillé a cœur, comme certaines des premières bottes qu’on a généreusement trempé… donc, gaffe si vous voulez faire de même…

pendant le séchage des dites botte, on s’est remis sur les dormants avec sylvain.

la porte fenêtre, en premier.

je me suis pas trop planté dans mes découpes et dans l’ensemble a part vérifier les équerrage, ça a été du gâteau.

P1110489_phatch

P1110492_phatch

P1110495_phatch

on a eu un petit soucis au niveau de mon plancher en I qui faisait une belle bosse et qu’il a fallu raboter une chouille pour mettre a plat le cadre.

P1110488_phatch

ensuite, ce fut le tour de la porte…

P1110500_phatch

et puis sylvain a du partir, pour rentrer a son chez soit. un grand merci a toi, pour ce coup de main et en espérant que tes projets aboutissent très vite.

lundi, arrivé d’Antoine.

et encore un petit peu de menuiserie. cette fois ci, les dormants des fenêtres de pignon.

on a eu la bonne idée sur les plans originaux de superposer les fenêtres, ce qui a permis de grandement simplifier les choses. donc, deux montant de 5 mètres et au milieu, les entretoises pour les fenêtres.

P1110521_phatch

on a fait des encoches de 1 cm de profondeur ( a la festool, forcement, hein… 🙂 ) pour rigidifier les « tablettes » ( je les appelle comme ça… )

P1110524_phatch

puis finition au ciseau a bois, des encoches… ( joue a « devine qui est qui » … indice: l’un possédait une chevelure exubérante aux temps jadis et l’autre l’a toujours 🙂 )

P1110527_phatch

et une fois, tout ça, assemblées, mes poulies ont repris du service…

P1110528_phatch

P1110531_phatch

puis on les a fixé grâce mes équerres fait maison. qui était un peu longue certes mais diablement efficace. car si au départ, elle avait une fonction unique de contreventement, elle ont aussi permis de rattraper le voile des grands montants, sur une, particulièrement, qui été catastrophique… mais une fois fixé, nickel, un joueur de rugby aurait pu s’entrainer dessus pour les mêlées.

P1110532_phatch

puis fixation au sol. les pièces de bois sous les montants permettent que le poids soit reparti sur deux poutres en I et non pas sur l’osb seul entre deux poutre en I.  ça nous a casser les pieds pour la paille par la suite mais c’était plus prudent.

P1110535_phatch

et la partie la plus rude de la journée fut… en fait, non, je me suis entrainé pour les vacances après le chantier, quand la maison sera finie et je n’aurais plus que ça a faire pendant mes vacances. et vous savez quoi, on y prend gout avec une rapidité déconcertante… et Antoine, alias  » la volonté  » 🙂  s’est senti obligé de m’accompagner.

P1110539_phatch

bon, c’est pas tout de chourer la piscine des p’tiots, on s’est remis au boulot, le lendemain.

P1110541_phatch

P1110542_phatch

c’est celle la qui était la plus voilée. rhôôô, a peine, un soupçon…

Antoine se l’ai joué acrobate pour fixer le bouzin.

P1110545_phatch

puis on a mis en place une cale au niveau de l’étage entre le dormant et l’entrait pour bien finir de bloquer l’ensemble.

P1110547_phatch

puis, est arrivé pom’.

le gros de la menuiserie étant terminé antoine et pom’ se sont mis a la paille.

les premières bottes ! c’est peut être un détail pour vous mais pour nous, ça veut dire beaucoup.

P1110549_phatch

comme vous l’avez surement compris, on a décidé de poser les bottes a la manière paille porteuse, sans ossature supplémentaire. j’ai rien contre l’ossature légère mais dans notre cas utilisant le poteau poutre, ça me paraissait de trop. de plus, l’ossature légère demande des bottes régulière ( les nôtres allant de 80 a 100 cm, ça risquait d’être casse pieds ) et finalement, il y a aussi un gros travail de rebouchage entre les montants de bois.

de la façon ou nous les avons posé, ça simplifie grandement, c’est assez rapide mais il y a aussi des inconvénients.

les angles sont super ch… a faire. il faut être précis et soigneux, vérifier souvent son travail sinon, ça part en sucette a une vitesse pas possible. ça vient du croisement des bottes. si une, dépasse de quelques centimètres, si on y fait pas gaffe, cela se reporte sur le rang du dessus et ainsi de suite. de plus, si on arrive a rattraper le coup au persuadeur sur certaine, celle que l’on tape, coté ficelle, ne bouge quasiment pas et on rebondit plus qu’autre chose. un petit croquis pour être clair ?

botte_phatch

un autre problème vient que, quand la tension des ficelles n’est pas identique, comme sur beaucoup des dernières bottes qu’on a reçu, ça donne une légère forme de banane aux bottes qui complique la pose, cote a cote. si les cotés des bottes ne sont pas super droit, même en tassant les bottes, ça crée un écart qui peut donner un pont thermique. et cela occasionne aussi, un gros travail de rebouchage pour régler le problème…

donc, la bonne technique est celle qui vous convient le mieux ( ami de la phrase bateau, bonjour 🙂 )

on a décidé de cercler les bottes par trois, afin de contre-venter le mur mais aussi de limiter le tassement naturel de la paille. dans les angles, mes ouvriers spécialisés ont trouvé une technique qui permet de consolider l’angle en joignant les bottes par deux et en croisant le feuillard. c’est le feuillard de droite sur cette photo. il prend la botte de dessus et traverse celle du dessous au milieu.

P1110550_phatch

P1110552_phatch

P1110554_phatch

puis voyant que pom’ et antoine se débrouillait très bien ensemble, je suis parti courir dans tous les coins… finalement, je n’ai touché la paille qu’a partir de la deuxième semaine. une multitude de petites choses que je n’avais pas eu le temps de faire mais qu’il fallait absolument faire pour pouvoir continuer le chantier. collage des tablettes, découpe de bout de bois divers et varié qui dépasse, soudage des équerres, préparation de la terre etc…

au niveau des poteaux, nous avons décidé de rajouter une petite sécurité pour rigidifier le mur nord, qui est long, haut et sans aucun renfort. une bout de feuillard en ferraille vissé au poteau et un feuillard plastique qui passe a travers les bottes colle l’ensemble au poteau

P1110563_phatch

découpe de bottes a la bonne taille…

P1110566_phatch

P1110570_phatch

P1110572_phatch

pendant ce temps la, j’ai fini le dormant de notre chambre avec estelle. celui ci ne possédant pas de fenêtre en dessous, j’ai soudé des équerres de la mort qui tue, fixée au entrait et le tout ayant pour fonction de porter le dormant.

P1110576_phatch

P1110574_phatch

vous inquiétez pas, y a bien une vis que l’on en voit pas, qui fixe le pied

P1110581_phatch

et pendant ce temps la, pom’ et antoine avançait grave !

P1110587_phatch

j’ai fini le cadre pour la fenêtre des toilettes que j’avais décidé d’intégrer a la paille sans ossature. alors, ça, c’est chaud. a mettre d’aplomb et a caler dans la paille… un vrai bonheur…

P1110589_phatch

P1110585_phatch

P1110603_phatch

avec estelle, on s’est mis a la construction du dormant de la baie vitrée. un beau morceau que ça va être…

P1110608_phatch

P1110609_phatch

j’ai aussi posé un joint compriband sous le dormant pour avoir une bonne étanchéité a l’air.

P1110612_phatch

et debout…

P1110615_phatch

puis le premier orage avec un inquiétude certaine pour mes murs…

P1110619_phatch

passons aux équerres. celle prévue pour les grands dormants ayant rempli parfaitement leur rôle, j’ai fabriqué aussi celle de la porte, de la porte fenêtre et de la baie vitrée. oui, mais des fois, faut réfléchir avant.

heuuuu, reflechissement jean pierre… y a comme un problème.

P1110620_phatch

P1110621_phatch

P1110622_phatch

tu le vois le problème ? bon, équerre, tout ça, tout ça, angle droit, bien. mais les murs en paille ont la particularité de pouvoir arrondir les angles, c’est d’ailleurs un des aspect que l’ont préfère. et si bibi colle des angle droit partout avec ces équerres, on va avoir du mal a le faire, l’angle arrondi… n’est t’il point ?

une calotte derrière les oreilles plus tard, j’ai repris ma copie. et c’est tout de suite mieux, non ? faudra y mettre un petit coup de peinture avant enduit pour éviter la rouille, mais bon, vu l’épaisseur de la ferraille, j’ai de la marge avant que la rouille ne bouffe tout.

P1110648_phatch

P1110733_phatch

P1110646_phatch

P1110730_phatch

pendant ce temps la, pom et Antoine s’attaquait a l’angle. et fidèle a sa réputation, ça a été casse pieds, comme d’hab’. mais il s’en sont bien sorti et malgré les différentes découpe, le résultat est plus que satisfaisant. reste a découper les bottes qui ressorte a la disqueuse et ça sera parfait.

P1110635_phatch

notez dans le fond, le célèbre escalier en paille d’Antoine qui bien que très pratique est quand même un peu sportif, avec ces marches de 36 de haut. en fin de journée, c’est rude. 🙂

P1110637_phatch

n’ayant plus besoin d’une assistante en menuiserie, Estelle s’est mis a la couche d’accroche. barbotine yaourteuse passé a la main et rebouchage des trous avec un mélange terre paille.

P1110639_phatch

Julie, et avec un plaisir non dissimulé s’est fait un plaisir d’aider sa maman.

en passant, la terre, rien que pour ça, c’est génial. pas de protection obligatoire comme avec la chaux, accessible a tous et surtout très rigolo quand on a 8 ans.

P1110655_phatch

puis Luc est passé nous filer un coup de main le week end dernier.

il a donc fait équipe avec antoine pour continuer la paille, pendant que pom’ s’essayait a la terre.

P1110663_phatch

bouge pas antoine ! t’as une guêpe sur le front !

P1110669_phatch

redressage de mur a la brutale

P1110670_phatch

P1110671_phatch

pendant que les viking s’amusait a martyriser mon mur, j’ai mis en place des liteaux sur le mur nord. une fois de plus, il est long, haut et sans aucun renfort. pour parfaire la rigidité de l’ensemble, j’ai donc creusé une rainure a la disqueuse de chaque coté du mur afin de pouvoir intégrer un liteau sur les deux face des bottes et que l’on relie avec une ficelle, ça rigidifie pas mal l’ensemble.

P1110675_phatch

et le liteau intérieur est fixé en haut a la charpente.

P1110706_phatch

pom’ s’est occupé des suivants. j’aime beaucoup la tenue  » hasta siempré la revolution » pour se protéger de la poussière 🙂

P1110702_phatch

P1110714_phatch

j’ai fini aussi définitivement la partie menuiserie en construisant les fenêtres en triangle qui habilleront le pignon.

P1110625_phatch

P1110629_phatch

puis on les a posé. et il fallait bien être trois pour cette affaire…

P1110683_phatch

P1110686_phatch

les deux cales sur la fenêtre servent d’entretoise et la pointe supérieure est vissé au lien de panne de faitière pour bloquer l’ensemble.

P1110688_phatch

et le résultat… ça claque, non ? et y a pas a tortiller, ça va envoyer de la lumière, tout ça.

P1110692_phatch

et un grand merci a Luc pour le coup de main. a deux, on en aurait méchamment bavé…

pendant ce temps la, pom’ a commencé a planter les clous qui serviront de consolidation des angles pour les enduits. on plante un clou et on le tord. ça remplace les treillis en fibre de verre ou en céramique.

P1110694_phatch

P1110700_phatch

de notre coté, on s’est attaqué a l’angle sud, beaucoup plus facile avec un poteau pour caler les bottes

P1110716_phatch

j’ai ensuite commencé a découper les bottes qui finiront le mur et que je dois tailler a la tronçonneuse en oblique pour pouvoir les insérer sous le toit. la, c’est pas trop mal mais, c’est pas aussi bien partout et il y aura un gros travail de rebouchage par la suite…

P1110745_phatch

P1110705_phatch

on a aussi rajouté par dessus les ouvrants ( porte, porte fenêtre et baie vitrée, un bout d’osb pour compenser la largeur de la botte. je m’explique.

tous les dormants sauf ceux mentionnés plus haut sont posé de façon a ce qu’il soit au milieu de la paille. les ouvrants, ont été posé plus en extérieur afin de pouvoir laisser dépasser le seuil et sa goutte d’eau du plancher. du coup, ce n’est plus au milieu. mais pour garder l’alignement du mur et un certain équilibre de la botte que l’on va poser dessus, l’osb est la pour rattraper l’histoire. on en a profité pour passer des feuillard qui permettront de bien solidariser les bottes au dormant. sur la baie vitré en fixe, ça ne pose pas de problème mais sur les ouvrants, et avec des portes qui claque ou claqueront régulièrement, il vaut mieux être prudent…

P1110723_phatch

et avé les bottes…

P1110726_phatch

on arrive au plancher !

P1110735_phatch

le passage de tuyau de la VMC et de la descente de plomberie nous auront bien faire suer aussi. je les ai entouré de mousse isolante pour éviter une condensation avec la paille puis il a fallu une pelleté de découpe pour que ce soit nickel.

P1110737_phatch

P1110767_phatch

P1110769_phatch

gogoclouage de l’osb !

P1110740_phatch

et enfin, antoine, a lâché la paille et s’est essayé aux enduits.

P1110750_phatch

P1110753_phatch

P1110756_phatch

et… et… enfin, on arrive a la fin !

si vous avez tenu jusqu’ici, chapeau !

bon, le bilan final. si je n’avais pas eu une semaine de retard sur les dormants, on aurait pu finir, a l’aise. bon, je suis quand meme, très content du résultat. il ne reste juste que le haut des deux pignons qui finalement ne contiennent pas beaucoup de bottes de pailles mais va procurer beaucoup de découpe.

le mur le plus long de la maison est enduit de sa couche d’accroche et donc en partie protégé. ça, j’y croyais même pas. il va donc rester, les découpes, les bottes du haut de mur qu’il faut aussi découper, tronçonner et surtout un gros travail de rebouchage précis et soigneux. l’apllication de la barbotine est finalement assez rapide et la maison devrait être rapidement a l’abri.

restera plus qu’a s’atteler a la couche de barbotine intérieur et des que possible a la couche de corps extérieur.

dans l’ensemble, ce fut deux semaines épuisantes pour notre part et je pense, toute aussi éprouvantes pour mes ouvriers spécialisés qui ont accepté le rythme d’enfer que je leur ai imposé sans rechigner.

ce fut aussi deux semaines riche en calorie 🙂 entre les bières éclusées, les apéro, les repas costaud, le comté, le savagnin et le digeo de fin de soirée ( n’est pas antoine ? la volonté, toujours la volonté 🙂 ) un diététicien a de quoi faire, une crise cardiaque.

mais ce fut deux semaines riches au plan humain. quatre inconnus débarque chez vous pour vous donner un coup de main gracieusement, sans contrepartie et repartent en ami. ce genre d’expérience me font penser que ce monde n’est pas complètement foutu et que l’entraide, la solidarité sont encore de mise dans ce bas monde.

et puis pour nous, ça y est, on a des murs et on ne peux plus rentrer dans la maison que par ces ouvertures. et ça… même pas en rêve, vous imaginez le bien être, la joie, la satisfaction que cela nous procure. on est encore loin, de la fin de l’aventure mais on vient de lui coller un triple low-kick a double arbre a came en tête avec retournement tridimensionnel  que même chuck norris, y sait pas faire.

pour finir, un petit mot sur antoine et pom’. pas que sylvain et luc n’était pas moins important mais je souhaite vous causer de ces deux la, en terme professionnel. en gros, je vais leur faire une chouille de pub.

commençons par pom’.

P1110659_phatch

pom’ est musicienne electro-accoustique. non, ce n’est pas comme je l’ai cru, au début, musicienne avé guitare electro-accoustique. non, elle nous a fait découvrir un monde musical nouveau.

la musique electro-accoustique s’apparente plus, a des pièces musicales, d’ambiance, qui s’écoute dans des conditions particulière et vous fait ressentir des choses. vous comprendrez que ça ne s’écoute pas sur son baladeur mp3, dans le métro. ce n’est pas fait pour.

c’est surement très vague comme descriptif mais j’ai découvert cet univers musicale a l’écoute de son travail dont elle nous a fait profiter et si ça peu paraitre étrange, au premier abord, c’est perturbant, intéressant, original et je suis sur que dans de bonne condition d’écoute ( et pas sur les haut parleur pourri de mon ordi ) ça doit être une expérience très intéressante.

en tout cas, en l’entendant parler de son art, on l’a sent passionné jusqu’au bout des ongles pour ce genre de musique.

si ça vous intéresse, elle possède un blog, pour découvrir son travail ou si vous voulez la contacter. c’est ici : http://pom2b.musicblog.fr/

passons a antoine.

P1110757_phatch

antoine est architecte. oui, oui, un vrai ! mon premier que je rencontre. et j’ai rencontré le bon, du premier coup, dit donc. car un architecte qui vient brasser des bottes de pailles, mettre les mains dans la boue, ça coure pas, des masses, les rues. peut être, que ça vient juste du bonhomme et de sa vision de l’écoconstruction, du bioclimatisme et du métier d’architecte, intelligente et a long termes qui l’ont fait venir chez nous. en tout cas, une rencontre, une fois de plus, très enrichissante. ( surtout le cul dans une piscine avec une bière a la main 🙂 )

donc, si vous cherchez un archi qu’il est bien, pour votre projet de maison paille ou autre, c’est peut être bien, lui, qu’il faut contacter. je lui ai demandé de faire un petit laïus pour se présenter et donc…

il peut vous proposer son aide pour la réalisation de plan, dossier de permis de construire, chiffrages, descriptifs techniques des ouvrages, suivi de chantier, conseils aux autoconstructeur, construction bioclimatique, matériaux sain, naturels et écologiques ( recuperation et recyclage de materiaux selon possibilité )

petit plus: il réalise de petites habitation autonome bien conçues, permettant de s’affranchir d’un permis de construire ( habitat temporaire ou non ) a moindre cout.

contact: antoine royer

mail : antoine.royer.architect@live.fr

tel: 06.52.29.36.82

adresse : 8 route de villedoux 17230 charron

site internet en cours de construction

voila, si vous cherchez un archi, a votre écoute, en v’la un que même le capitaine haddock approuverait.

allez, c’est la fin de la page de pub.

pour finir ( j’ai déjà dit ? ) un grand merci a sylvain pour sa bonne humeur, son coté bricoleur a tout faire et son aide.

P1110467_phatch

un autre grand merci a Luc pour son aide et en espérant te revoir rapidement, ne serait ce que pour te faire payer une bière en rentrant du boulot.

P1110666_phatch

un autre grand merci aux copains de la journée paille, nano, gerald, jean mi et charlie. n’hésitez pas a revenir ravager la bouteille de pastis et mon stock de bières, c’était avec plaisir !

 

Paille VS eau qui mouille… moisissures wins !

et pas qu’un peu…

finalement, ce n’est pas une botte d’abîmé mais… 5… soit la quasi totalité de la longueur de paille. il y a une seule rescapé, celle qui est tout en haut.

c’était pas juste, humide mais trempé.

allez pour rigoler, les photos du désastre…

eu’l tonton, m’a filé un coup de main a virer la paille. on a découpé les planches des rampants pour pouvoir accès a la paille et après, on a fait descendre le tout a la fourche.

bizarrement la fuite commence juste après la première botte en haut et je n’ai pas de trou dans le pare pluie donc, mystère et boule de gomme…

par contre, c’est la fête du slip en descendant sur toute la longueur

alors voila… depuis le début du chantier, on a apprit a relativiser mais la… c’est un peu tout much. alors bordel de putain de chierie de saloperie d’enfoiré de cochonnerie, j’en ai plein le cul. vraiment.

donc, on va laisser sécher tout ça, traiter le bouzin contre les champignons sur les conseils de franck et toto et on verra ça, plus tard. comment on va le re-remplir, j’en sais foutre rien et pour l’instant, je m’en fous.

même si je meure d’envie d’arrêter pour cette année, on va quand même essayer de faire le plancher avant l’hiver et puis basta pour cette année. y en a marre. et c’est peu de le dire.

allez demain, je vais valider mon premier billet d’euro million. on sait jamais… tant de merde accumulé, on aura peut être pour une fois de la chance.

ps: pardonnez ma grossièreté mais bon… ça fait du bien et pis c’est même pas les pires que je connais  🙂

 

 

Elle a intérêt a être passive, cette baraque !

non, parce que, la, rainurer les bottes de pailles, ça rentre dans le top five des trucs qui m’auront méchamment pété les rouleaux. ( et la liste est disponible en 14 volumes, relié cuir pleine fleur )

c’est long. très long. c’est aussi très poussiéreux, pour les poumons et les yeux et je parle pas des démangeaisons sur mon corps d’athlète musclé de force brute. ( des années d’entraînement au kebab nutella, s’il vous plaît ).

donc, après les 270 bottes découpé, je confirme que le masque respiratoire ( qui tient chaud et démange ) et les lunettes ( qu’il faut passer a la soufflette pour faire partir la buée toutes les 5 min ) est obligatoire.

en gros, bien, bien, chiant et bobo les poignées. mine de rien, on pourrait croire que ça va tout seul, c’est de la paille, hein ?

certes mais, les deux cotés de la botte de paille sont différent en fonction du pliage de la tige dans la botteleuse.

il y a le coté brin de paille coupé, libre, cheveux z’au vent, qui respire et se fait ratiboiser les doigts dans le nez et le coté plié du brin, compressé, plié, qui est convaincu que se prendre un coup de disqueuse dans la tronche n’est pas bon pour son avenir et qui lui, résiste, le fourbe ! et même a la disqueuse et son disque avoyé, ça ne se fait pas tout seul. couplé au vibration, les poignées prennent grave leur mère.

m’enfin, en quatre jour de boulot, j’y aurais mis une bonne gifle.

je pense aussi avoir toutes la paille déchiquetée nécessaire pour les futures enduits terre. on doit en être a pas loin de 5 mètre cube.

ça, c’est le résultat de la pile de gauche sur la précédente photo. soit dans les 50 bottes

on a aussi pris le temps de tester l’entraxe choisi pour les poutre en i, soit 47 cm.

un centimètre de marge, c’est pas énorme mais, ça rentre sans trop forcer. les rainures facilitent bien sur, grandement la chose.

et pour finir, on a investi dans une nouvelle grue. bien plus modeste, il est vrai, mais elle devrait nous faciliter la tache et pas qu’un peu.

voila, demain après midi, je suis en vacance pour 3 semaines et le chantier toiture commence officiellement a partir de lundi. ( ce week end, on déménage béton man )

donc, si vous vous ennuyez, n’hésitez pas, j’ai du boulot pour vous ! 🙂

 

La projeteuse est réparée et la paille est rentrée !

Samedi, j’ai passé la journée a essayer de me reconvertir dans la mécanique. La projeteuse ne voulant toujours pas démarrer, je commençais a me faire du soucis en me disant qu’on s’était fait enflé. Mais bon, le gars l’avait démarré donc… y avait un truc pas clair.

Mes connaissances en mécanique frôlant l’ignorance totale, j’ai essayé de tripatouillé un peu partout en reflexionnant un poil et ouvrant le bouchon de réservoir tout en humant le délicat parfum du gasoil, je fus étonné de sentir une odeur de vernis… y une couil.. dans le bocal !

J’ai donc fait la vidange du réservoir, pris une douche de gasoil au vernis et refait le plein et hô joie, hô miracle, elle a démarré au quart de tour… ouf ! le gasoil était quasiment d’origine. Cuit et archi cuit.

Vous noterez l’extrême finesse de ma réaction quand elle a démarré 🙂 Tout en subtilités et nuance 🙂

Bon, sinon, tout marche bien. Le touilleur touille, la vis sans fin visse et la benne, benne. Royal !

Dimanche, glandouillage intensif et comble du luxe, après midi baignade ! non ! siiii !!!

Et lundi… hahaha… comment dire… On a méchamment morflé !

Debout 5 h, pour récuperer le camion que finalement mon boss a bien voulu me prêter et chargement d’une première fournées de 500 bottes, avec l’aide des voisins et de dominique lugand, le fournisseur de la paille.

Pendant ce temps la, David, tel le chevalier blanc sur son fier destrier est arrivé, pour une fois de plus, nous filer un coup de main.

Guy, passant par la, fut embauché pour replacer la projeteuse qui gênait dans le passage pour rentrer la semi. Quel ne fut pas son erreur !!! il aurait du fuir en courant et en hurlant comme un dément mais non, il s’est gentillement proposé, une fois de plus aussi, pour nous filer un coup de main a vider les bottes.

Je blague mais un grand merci a tous les deux pour le coup de main. Sans vous, on était dans la mouise jusqu’au cou.

Reprenons. Une fois, a la maison et après un premier essai infructueux pour rentrer la semi dans le terrain et éviter de se cogner les bottes a la main jusqu’au fond du terrain, on a démonté un battant du portail.

afin que je fasse rentrer la fameuse semi, au poil de cul prés. 50 cm de portail en moins et c’était cuit…

Et le bébé tout bien garé

Après comme d’hab, une échelle pour faire glisser les bottes et en avant, dans la joie et la bonne humeur !

La pause syndicale…

Et ce qu’on a rangé, avant la pause repas.

On avait deja bien transpiré mais alors, après le repas, pas pareil… Une chaleur… La serre remplissant parfaitement son rôle ainsi que le manque d’air, nous ont carrément mis a genoux…

HHÔÔÔôôôô plus que deux bottes ! Pour ce voyage…

Julie, Albane et Lucie se sont proposé pour balayer la semi et c’est avec plaisir qu’on les a laissé faire 🙂 Nous, on était écroulé comme des sacs, la langue pendante 🙂

C’était pas tout ça, mais il en restait encore 300 a aller chercher… j’avoue que j’ai pensé a laisser tomber pour la journée car on était crevé et David ne pouvait pas rester plus longtemps. Mais après divers coup de fils, il est apparu que ça n’allait pas être possible et que si on finissait pas aujourd’hui, j’étais pas prêt de récupérer l’intégralité de ma paille… et il était deja 16 h…

Bon, bin, on s’y recolle toujours avec l’aide de Guy, qui est venu charger avec moi, les voisins de Dominique qui nous avait aidé au premier voyage, ayant disparu ( j’en ai vu un qui se planquait derrière les silos a grains, en se disant pourvu qu’il me voit pas, pourvu qu’il me voit pas 🙂 ).

A l’arrivée, Dominique nous a suivi pour nous filer la main ainsi qu’Antoine, le fils de Guy. Et ils étaient pas de trop.

Cette fois ci, je n’ai pas reculé, jusqu’au fond du terrain car j’ai failli y rester avec le camion en le sortant. Il a, comme qui dirait, patiné… ha, bin, c’est fait pour faire de l’autoroute, ces bêtes la… Un peu de terre sous les pneus et il sait plus ou il habite. Donc, j’ai pas voulu retenter le coup.

On a donc vidé le maximum dans la serre de devant.

Une fois pleine, on a utilisé la remorque pour trinqueballer les bottes restantes jusqu’à l’autre serre. Simple, n’est t’il point?

Et on a fini a 20h 30… raides, éclatés, défoncés, atomisés, usés…

Un grand merci a David, Guy, Antoine, Dominique, le papa de Dominique, les voisins de Dominique pour leur coup de main respectif.

Une fois de plus, sans vous, on était mal. Donc, un gros bisou sur votre truffe humide !

Bon, bin, maintenant dodo. Ha non, tiens, on a encore du boulot… Bon bin, plus tard alors.

Le week end prochain, môsieur va faire mumuse avec sa mini pelle préféré et creuser son puits canadien.

Des murs en paille… quelle drôle d’idée…

Et c’est parti pour un week end de montage des murs.

Samedi, Gérard et Maurice était la, pour nous filer la main et Guy, nous a rejoint dimanche.

Alors les bottes ont été posée debout et pour consolider le tout, on a placé des liteaux a l’intérieur et l’extérieur du mur et passé une ficelle entre chaque rang de botte, ficelle qui, une fois tendu, serrait les liteaux sur la paille.

On a préféré cette technique au montant de bois dans lequel on coince les bottes de pailles, moins économe en bois.

On a commencé par approvisionner en botte de paille, toujours avec le convoyeur.

Les premiers rang…

Estelle et Gérard au redimensionnement de botte.

Beaucoup de « pailleux » utilise une tige de fer recourbé a un bout, pour faire passer la ficelle dans la botte. Après avoir essayé, on a pas trouvé ça, des plus pratique.

Du coup, en cherchant, ce qu’on pourrait bien utiliser, j’ai eu l’idée d’utilisé la tige en ferraille qui sert a fermer les grosses cantines en fer. L’avantage, c’est le trou, ou l’on met le cadenas.

Il suffit de passer la ficelle dans le « chat » de l’aiguille et de l’enfoncer dans la botte sans faire traverser toute l’aiguille et de récupérer la ficelle de l’autre coté. C’est beaucoup plus pratique, vrai de vrai !

Pour les pignons, on a vissé les liteaux directement dans la charpente.

J’ai posé aussi « l’ossature » pour les fenêtres.

Ça avance doucement mais surement…

Préparation avec Maurice de « l’ossature » pour la porte de garage

Dimanche, Guy est donc venu prêter main forte.

Ici avec Gérard, en train de monter le mur en se faisant un tout petit peu ch… 🙂

Et toi ! la bas ! t’appelle ça, un mur droit ? Tu crois que je te paye pour quoi ? Heeuuu, je te paye pas ? Tu viens parce que t’es sympa ? Ha ? Bon, heeuuu, pardon monsieur. Hôôô, comme vous travaillez bien… Et je retourne d’où je viens, oui monsieur. 🙂

Ceci est un persuadeur ou effaceur de sourire narquois 🙂 . charmant nom pour dénommer un outil quelque peu rustique mais très efficace pour remettre a leur place des bottes de pailles récalcitrantes ( enfin pas tout le temps…).

Rognutudgu, tu vas rentrer, oui !

ha, bah, non raté…

Guy, dans le feu de l’action !

On arrive en haut !

TAADDAAAMMMM !!!

Après, il a fallu combler tous les petits trous avec des demi bottes et on a quasiment mis autant de temps a faire ça, qu’a monter les murs…

T’en chie, ma puce? 🙂

Et ce fut tout, pour le week end qui fut, une fois de plus, bien remplie…

Un grand merci a Gérard, Guy et Maurice, pour le coup de main.

La paille est arrivée mais c’est pas de la premium quality…

Le camion a débarqué ce matin et on a le week-end pour le vider.

Ça, c’est la bonne nouvelle et l’unique…

J’avais précisé a mon vendeur qu’il me fallait des bottes sèches, mais sèches, hein, c’est tréééés important, c’est pour construire une maison, hein? Pas pour servir de dunlopillo aux vaches. On est d’accord ?

Maaaiis ouuii, qui m’dit, le gonze, sec de chez sec, tes bottes, elles seront !

résultat:

Sans commentaires, n’est ce pas ? Il y avait une cinquantaine comme ça… Et une autre cinquantaine, plus au moins humide, qu’on a du garder sous peine de courir, aller en chercher d’autres…

Du coup, mon calcul de botte était bon a foutre a la poubelle… Et au lieu de les mettre a plat, on va les mettre debout…

Il a du voir marqué pigeon sur mon front. J’étais pressé, j’ai pas eu le temps d’en chercher ailleurs, c’était pas une bonne année pour la paille et en plus, je les ai payé 3.15 € pièces ( sauf bien sur les mouillées qu’il a récupéré ). Ce qui est très cher. En moyenne, ça tourne entre 1 et 2 euros au taquet.

J’avais bien trouvé un paysan, juste au dessus de chez moi, qui voulait bien m’en faire mais en plus d’être en petit canal ( 25cm X 35 cm au lieu de 35 X 45, si mes souvenirs sont exact ) il me les vendait encore plus cher, même en m’offrant le transport en plus ( môssieur est trop bon ). Donc, lui, il m’a carrément pris pour un âne et sa paille, il se l’ai gardé.

Bon, sinon, beau papa était la, une fois de plus, pour nous filer un coup de main et c’était pas de refus.

On a adossé une échelle au camion qui nous a servit de toboggan de compét’.

Ça descendait assez vite et valait mieux garer ces pompes, si on voulait pas se faire écraser les arpions. D’ailleurs une mauvaise coordination, a laissé a beau papa, une douleur assez prononcé ( encore désolé ).

J’avions pas vu qu’il s’était appuyé sur l’échelle, histoire de souffler un peu et moi, je lui ai envoyé la botte suivante, qu’il a ramassé dans le bras. oups !

Je plaisante mais il s’est vraiment fait mal. Si j’esquinte mes ouvriers, je vais la finir tout seul cette maison.

Il avait encore mal, une semaine après. Heureusement que je lui ai pas cassé le bras, chose plausible, au regard du poids des bottes gorgées de flotte et de la vitesse qu’elles prenaient. Encore milles excuses, André…

Estelle au déchargement. Mah, non, ma puce, c’est pas haut, et t’as pas le vertige…

Ça fait un joli tas…

Qu’il a fallu bâcher, tout bien comme il faut. Les nuages jurassien sont trééés taquin.

Fin de l’épisode paille.

Encore merci a André ( beau papa pour les intimes ) pour le coup de main, sans lui, c’est pas sur que le camion aurait été vidé dans le week-end.