La paille est arrivée mais c’est pas de la premium quality…

Le camion a débarqué ce matin et on a le week-end pour le vider.

Ça, c’est la bonne nouvelle et l’unique…

J’avais précisé a mon vendeur qu’il me fallait des bottes sèches, mais sèches, hein, c’est tréééés important, c’est pour construire une maison, hein? Pas pour servir de dunlopillo aux vaches. On est d’accord ?

Maaaiis ouuii, qui m’dit, le gonze, sec de chez sec, tes bottes, elles seront !

résultat:

Sans commentaires, n’est ce pas ? Il y avait une cinquantaine comme ça… Et une autre cinquantaine, plus au moins humide, qu’on a du garder sous peine de courir, aller en chercher d’autres…

Du coup, mon calcul de botte était bon a foutre a la poubelle… Et au lieu de les mettre a plat, on va les mettre debout…

Il a du voir marqué pigeon sur mon front. J’étais pressé, j’ai pas eu le temps d’en chercher ailleurs, c’était pas une bonne année pour la paille et en plus, je les ai payé 3.15 € pièces ( sauf bien sur les mouillées qu’il a récupéré ). Ce qui est très cher. En moyenne, ça tourne entre 1 et 2 euros au taquet.

J’avais bien trouvé un paysan, juste au dessus de chez moi, qui voulait bien m’en faire mais en plus d’être en petit canal ( 25cm X 35 cm au lieu de 35 X 45, si mes souvenirs sont exact ) il me les vendait encore plus cher, même en m’offrant le transport en plus ( môssieur est trop bon ). Donc, lui, il m’a carrément pris pour un âne et sa paille, il se l’ai gardé.

Bon, sinon, beau papa était la, une fois de plus, pour nous filer un coup de main et c’était pas de refus.

On a adossé une échelle au camion qui nous a servit de toboggan de compét’.

Ça descendait assez vite et valait mieux garer ces pompes, si on voulait pas se faire écraser les arpions. D’ailleurs une mauvaise coordination, a laissé a beau papa, une douleur assez prononcé ( encore désolé ).

J’avions pas vu qu’il s’était appuyé sur l’échelle, histoire de souffler un peu et moi, je lui ai envoyé la botte suivante, qu’il a ramassé dans le bras. oups !

Je plaisante mais il s’est vraiment fait mal. Si j’esquinte mes ouvriers, je vais la finir tout seul cette maison.

Il avait encore mal, une semaine après. Heureusement que je lui ai pas cassé le bras, chose plausible, au regard du poids des bottes gorgées de flotte et de la vitesse qu’elles prenaient. Encore milles excuses, André…

Estelle au déchargement. Mah, non, ma puce, c’est pas haut, et t’as pas le vertige…

Ça fait un joli tas…

Qu’il a fallu bâcher, tout bien comme il faut. Les nuages jurassien sont trééés taquin.

Fin de l’épisode paille.

Encore merci a André ( beau papa pour les intimes ) pour le coup de main, sans lui, c’est pas sur que le camion aurait été vidé dans le week-end.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.