Des murs en paille… quelle drôle d’idée…

Et c’est parti pour un week end de montage des murs.

Samedi, Gérard et Maurice était la, pour nous filer la main et Guy, nous a rejoint dimanche.

Alors les bottes ont été posée debout et pour consolider le tout, on a placé des liteaux a l’intérieur et l’extérieur du mur et passé une ficelle entre chaque rang de botte, ficelle qui, une fois tendu, serrait les liteaux sur la paille.

On a préféré cette technique au montant de bois dans lequel on coince les bottes de pailles, moins économe en bois.

On a commencé par approvisionner en botte de paille, toujours avec le convoyeur.

Les premiers rang…

Estelle et Gérard au redimensionnement de botte.

Beaucoup de « pailleux » utilise une tige de fer recourbé a un bout, pour faire passer la ficelle dans la botte. Après avoir essayé, on a pas trouvé ça, des plus pratique.

Du coup, en cherchant, ce qu’on pourrait bien utiliser, j’ai eu l’idée d’utilisé la tige en ferraille qui sert a fermer les grosses cantines en fer. L’avantage, c’est le trou, ou l’on met le cadenas.

Il suffit de passer la ficelle dans le « chat » de l’aiguille et de l’enfoncer dans la botte sans faire traverser toute l’aiguille et de récupérer la ficelle de l’autre coté. C’est beaucoup plus pratique, vrai de vrai !

Pour les pignons, on a vissé les liteaux directement dans la charpente.

J’ai posé aussi « l’ossature » pour les fenêtres.

Ça avance doucement mais surement…

Préparation avec Maurice de « l’ossature » pour la porte de garage

Dimanche, Guy est donc venu prêter main forte.

Ici avec Gérard, en train de monter le mur en se faisant un tout petit peu ch… 🙂

Et toi ! la bas ! t’appelle ça, un mur droit ? Tu crois que je te paye pour quoi ? Heeuuu, je te paye pas ? Tu viens parce que t’es sympa ? Ha ? Bon, heeuuu, pardon monsieur. Hôôô, comme vous travaillez bien… Et je retourne d’où je viens, oui monsieur. 🙂

Ceci est un persuadeur ou effaceur de sourire narquois 🙂 . charmant nom pour dénommer un outil quelque peu rustique mais très efficace pour remettre a leur place des bottes de pailles récalcitrantes ( enfin pas tout le temps…).

Rognutudgu, tu vas rentrer, oui !

ha, bah, non raté…

Guy, dans le feu de l’action !

On arrive en haut !

TAADDAAAMMMM !!!

Après, il a fallu combler tous les petits trous avec des demi bottes et on a quasiment mis autant de temps a faire ça, qu’a monter les murs…

T’en chie, ma puce? 🙂

Et ce fut tout, pour le week end qui fut, une fois de plus, bien remplie…

Un grand merci a Gérard, Guy et Maurice, pour le coup de main.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.