Toiture, round 1 ! fatality !

ça y est, on a un tiers de maison étanche.

la météo étant pour une fois avec nous, on a pu avancer.

après avoir fini le litelage du premier pan de toiture, j’ai pu finir de poser la dernière rive en zinc.

je ne sais pas trop si la jonction se soude traditionnellement, mais j’ai pensé que déjà, la boulonner comme je l’ai fait a 9 mètre de haut, c’était coton alors, avec le fer a souder… j’ai préféré passer mon tour… boaf… ça nous arrache pas les yeux donc, ça fera bien l’affaire.

j’ai ensuite liteler l’autre versant.

c’est long a faire mais pas compliqué. il faut au départ calculer son « pureau », c’est a dire l’espacement entre chaque tuile.

pour les nôtres, on avait droit a 33 et 37 cm. et en fonction de la hauteur de toit, on divise jusqu’à tomber au plus juste.

on pose le premier liteau de niveau et parallèle au faîtage et ensuite a l’aide de ce genre de pige, ça va tout seul pour régler l’espacement.

il faut aussi doubler le premier rang de liteau pour compenser la tuile qui n’y est pas. si on ne le fait pas, le premier rang de tuile pique du nez. c’est un bon moyen de recycler les chutes, vu qu’il ne sert que de point d’appui. pas de charge, ni de contrainte dessus.

pour le pan nord, l’alignement des poutres en I a merdouillé grave. au niveau de l’égout, la ou est fixé la gouttière, j’avais des écarts de 2 a 3 cm dans l’alignement. du coup, ça gondolait pire qu’a Venise. on a du découper ce qui dépassait pour que ce soit d’équerre.

pas dramatique mais embêtant. la deuxième merdouille m’a bien plus cagué. cette fois ci, c’est la hauteur des poutre qui n’était pas raccord. j’avais 4 poutres légèrement plus haute que les autres. et une fois de plus, pour poser les liteaux, ça proute dans la colle. je pense qu’ on a du foirer au moment du collage des poutres.

a nouveau, ce n’est pas dramatique mais très très embêtant et surtout beaucoup de temps perdu car il a fallu rattraper la hauteur sur chaque liteau… 4 poutre par 21 liteaux… heureusement, a partir du milieu du toit, les écarts se sont estompé et je n’ai plus eu a modifier la hauteur du liteau.

j’ai ensuite posé la faîtière qui va recevoir les tuiles faîtières.

contrairement a l’atelier ou j’avais scellé ces même tuiles a la chaux, j’ai préféré la pose cloué avec closoir ventilé. et franchement, y a pas photo. on peut les poser au fur et a mesure de l’avancement du tuilage, on est pas obligé de monter avec un sceau de chaux de 30 kg dont on met la moitié a coté avec pour effet de dégueulasser les tuiles se trouvant en dessous et c’est surtout bien plus confortable, ça évite d’être a califourchon sur le faîtage avec des tuile qui vont agresse le fondement, une truelle entre les dents et le seau de chaux en équilibre sur la tête.

de plus, cette pose a sec est conseillé sur les maison en bois ou souple. la chaux risquant de fissurer avec les mouvements de la maison.

j’ai ensuite posé les tuiles de rive. et ça, c’est rock n’roll. entre le clou qui commence a se tordre alors qu’il est impossible de l’enlever sans casser la tuile, le coup de marteau foireux qui vient mettre un jeton a la tuile, y a de quoi faire un arrêt cardiaque a chaque tuile. et au prix de ces tuiles, t’as pas intérêt en foirer de trop.

notez la marge entre les tuiles et le zinc. juste, juste…

et le premier rang…

j’ai ensuite posé l’autre coté pour pouvoir poser le fronton. il faut découper les deux dernière en angle afin qu’elle se rejoigne sous le fronton.

tu l’a vu la tête de constipé du gars qui n’en mène pas large sur son perchoir ?

et il n’y a plus qu’a poser le fronton. la aussi, au prix du morceau de tuile, faut avoir le coup de marteau assuré…

et un beau pignon zingué. ça fait massif mais on trouve ça bien sympa. même le nombre de boulon est a notre goût.

bon, y a plus qu’a envoyer de la tuile !

première technique pour monter les tuiles. on montait avec Estelle une dizaine de paquet de tuile sur l’échafaudage a l’aide de notre poulie.

et je passais sur le toit et Estelle sur l’échafaudage. Estelle me passait les tuiles et je les posais. bon, ça fonctionne mais c’est juste épuisant. monter, descendre avec des tuiles dans les pognes, ça fait transpirer…

pendant ce temps la, un petit bout de ferraille passait devant la maison. y avait intérêt a garer ces pompes 🙂

et après quelques heures de boulot…

on a posé une bâche pour protéger la fin de toit qui n’a pas de tuile a cause du décalage. bon, le pan de toit nord, c’est fait…

suivant… et changement de technique pour monter les tuiles.

avec mon pôpa, on avait commencé a bricoler a truc pour monter le tuile en partant du bas. mais, ça demandait qu’a se casser la gueule une fois sur trois. avec les bout de bois de test, c’était pas bien grave mais avec les tuiles, ça craint du slip.

j’ai donc rajouté des bord aux glissières pour guider le bac et rajouter une sangle par dessus pour que ça ne parte pas en arrière.

bon, ça monte mais ça fait les bras. après cette journée, Estelle pouvait vous prendre au bras de fer, les doigt dans le nez 🙂

quelques heures plus tard…

pour les tuiles de rives, il a fallu ruser. en effet, il faut mettre le coté clou face au vent dominant et j’étais bien sur pas dans le bon sens.

je soulevais donc, la tuile précédente et a l’aide d’un poinçon, j’arrivais a enfoncer le clou jusqu’au bout. pas très pratique mais largement faisable. mais toujours avec, la hantise du coup de marteau foireux…

une bâche provisoire comme pour l’autre coté et roule !

et samedi matin, avec l’aide de « nano », un copain de boulot, on a déplacé l’échafaudage et commencé a poser les poutres de l’autre coté de la maison.

voila, voila. les vacances se terminent, ça va ralentir sec et je dirais presque tant mieux car je morfle grave ma race, au niveau des mains.

après deux semaines de travail hyper intensif ( 10 heures de boulot minimum par jour ), les cordes de poulies, la paille, les tuiles, elle en peuvent plus et moi aussi. ça fait 3 nuit que je ne dors pas a cause de la douleur et je crois qu’il va falloir que je lève le pieds si je veux finir cette toiture.

cette semaine, le temps repassant a la pluie, je vais en profiter pour me reposer. ou pas. m’enfin, on verra…

allez, on a fait bien moins que prévu ( comme d’hab’ ) mais c’est fait et pas trop mal fait.

pour finir, un grand merci a nano de s’être levé a 5 h du mat’ pour venir me filer un coup de main. ça change pas beaucoup des horaires du boulot mais bon le week end, généralement, on dort.

ça, c’est finalement bien passé et c’est bien moins fatiguant que la première méthode. méthode validé et adopté.

 


 

 

 

 

 

Un tiers de maison presque étanche, on progresse…

ça va pas aussi vite que prévu, comme d’hab’, mais on se contente de peu.

en tout cas, on a 1/3 de la maison, fin prêt a être tuilé.

les orages de dimanche dernier ont continué lundi et mardi et le moral a baissé proportionnellement inverse au nombre de mètre cube de flotte qui sont tombé…

tout était trempé, notre plancher de chambre en ouate de cellulose a ramassé sur les extrémité, les bottes de paille stocké sous la maison, ont morflé aussi… enfin, bon, ça n’allait pas fort en début de semaine.

on a eu de la chance quand même pour the ultimate orage de dimanche et ces grêlons. a quelques kilomètres de chez nous, c’est des bestiaux de la taille d’une balle de golf qui sont tombés en quantités. pas sur que mon parepluie aurait résisté a un tel traitement… avec deux jours de pluie dans la foulée, ma toiture paille aurait morflé grave et mon moral aussi. donc, on s’en sort bien.

mercredi, Ô joie, Ô miracle, pas de pluie, on en a profité pour poser la poutre de rive du toit nord. pas vraiment rassuré, le travailleur en altitude… le bois mouillé, ça glisse… j’ai pas fait le malin, ce jour la..

pour ce pan de toit, la poutre, étant plus longue, vient recouvrir celle du toit sud. ça simplifie les choses et surtout ça supprime très facilement le pont thermique de la faitiere qui est souvent difficile a gérer.

cette fois ci, le support de poulie est vissé par dessus les poutres. ça perce le parepluie au niveau des membrures mais je pense que ça ne doit pas être dramatique. sachant que le parepluie est sensé être une sécurité , les tuiles devrait suffire a rendre étanche le bouzin.

pour les rives en zinc, j’ai reflexionné une chouille, cette fois ci. au lieu de me gaver d’OGM au pesticide sur l’aire de repos de fukushima afin de me faire pousser un troisième bras, je les ai pointé avec une vis pour les tenir en place. ensuite il n’y a plus qu’a boulonner.

puis on a eu le temps d’en poser une deuxième et de mettre en place le parepluie.

pour ce coté, j’ai préféré mettre de suite en place le parepluie afin de le dérouler au fur et a mesure qu’on pose les bottes de paille. c’est plus pratique, moins casse gueule et ça permet de couvrir rapidement au cas ou le temps tourne.

les liteaux pour bloquer l’ensemble et roule.

le lendemain, grand beau temps, on a donc pu posé un max de poutre.

j’ai aussi coupé les bouts de poutre en angle a 45° afin de pouvoir poser la faîtière par dessus.

ensuite, pareil que la semaine dernière, mis a part la mort de nos poulie a moufle démultiplié qui nous ont fait perdre du temps a essayer de leur trouver des remplaçantes. mine de rien, elle en auront pris plein leur gueule, les pauvres…

pour rappel, c’est ces même poulies qui nous ont levé toutes les pannes de la charpente, l’année dernière et se sont cogné toutes les poutre en I du toit sud et la moitié du toit nord.

m’enfin, j’ai trouvé de quoi les remplacer mais avec une flasque de moins. et c’est malheureusement plus dur a lever avec un rang de démultiplication de moins.

c’est madame qui est contente…

vendredi, mon pôpa est venu nous filer un coup de main. on a fini de poser les deux dernières poutres et on est passé a la paille.

on a modifié un poil, la technique. la ou, avec Élodie, on montait la paille sur l’échafaudage et ensuite sur le toit, eu’l père m’a suggéré l’idée que ça serait pas plus mal qu’on supprime les intermédiaires et qu’on fasse partir la paille du sol.

ça évite des manip’ inutile et ça permet de ne travailler qu’a deux, en cas de besoins.

deux membrures qui arrive jusqu’au toit, une ame de poutre en I de mon futur plancher pour passer les liteaux et mes échelles de toit ( a qui on a cassé tous les angles a la meuleuse afin de ne pas trouer le parepluie malencontreusement ) retourné afin qu’elle repose sur les liteaux

mon pôpa me grimpe les bottes

pendant que je fais de l’escalade sur le versant opposé

j’en ai aussi moins bavé pour rentrer les bottes. et ce, pour une raison toute simple, qui ne m’a pas percuté l’esprit pour les premières. la botte de paille a un sens. bin, oui, en sortie de botteleuse, les brins sont plus ou moins couché dans le sens de l’avancement de la paille dans la botteleuse et je ne faisais pas attention a ce détail et je me retrouvais donc a essayer de rentrer les bottes a rebrousse poil. et la, ça coince. par contre, si je me soucie de son bien être, que je la caresse dans le sens du poil, madame n’est pas contrarié et rentre quasiment toute seule. et que d’énergie économisée pour le clampin qui s’évertue a les faire rentrer dans le mauvais sens…

bon, des fois, ça marche pas… et faut pas me péter les rouleaux ! non mais !

donc après divers errements, afin de mettre en place la technique de la mort qui tue et des soucis d’emmêlement récurent de corde avec les poulies, on a quand meme réussi a torcher 4 rang. plus que 5 pour le lendemain.

le lendemain avant de commencer les nouveaux rangs, j’ai passé un coup de soufflette pour évacuer, la paille du toit. ça permettra en cas de pluie que ça ne reste coincé dans les liteaux car la paille mouillée, pour l’enlever par la suite…

on a aussi réglé définitivement le problème de poulie en éloignant les brins et en reprenant mon support pour hisser les poutre sur le toit. avant, tout était accroché a un mousqueton, ce qui faisait que tout les brins de corde se touchait, frottait et s’emmêlait très rapidement.

avec ce nouveau système, c’était bien mieux. ( la corde jaune permettait a mon père de redescendre la poulie facilement )

on a du faire des demi bottes pour chaque rang et on a pu tester notre cercleuse.

on l’a acheté pour les murs. dans l’idée, on aimerait compresser les bottes au fur et a mesure du montage des murs avec des sangles a cliquet et les cercler régulièrement afin qu’elle garde la compression. ça permettrait aussi de contreventer l’ensemble. m’enfin, c’est l’idée et les murs, on y est pas encore.

la, ça nous permet de bien recomprimer les demi bottes. car, on a beau tirer sur les ficelles comme un âne, les bottes ne peuvent pas avoir le même taux de compression que les bottes originales. avec la cercleuse, un coup de cliquet et elle moufte pas.

et on a fini, ( sur les rotules ) hier, en fin d’après midi, par agrafer le parepluie.

ce matin, j’ai fini de poser le litelage du toit sud et une subite envie de feignasser m’a pousser a buller cette après midi. des fois, ça fait du bien.

demain, fin du litelage, pose de ma dernière rive en zinc et tuilage de cette partie.

je voulais tuiler une fois que tout aurait été posé mais, avec une météo capricieuse, il me semble plus prudent de rendre étanche cette partie de maison. sans compter, qu’on aura pas a rebouger les échafaudages. et ça, c’est déjà un gros plus.

enfin, voila, la toiture ne sera bien sur, pas fini, a la fin de mes vacances mais, on y aura mis une bonne gifle. avec une météo plus clémente, je pense qu’on aurait presque pu finir sans la pose des tuiles. mais bon, allez, comme d’hab’, ça avance et c’est déjà ça.

et un grand merci a mon pôpa pour le coup de main et ces bonnes idées.

 

 

 

 

 

 

Toiture. Round 1 – FIGHT !

Allez, c’est parti !

lundi, on a commencé par découvrir la protection hivernal. ( notez le beau temps, ça va pas durer )

Mardi, on est passé aux choses sérieuses. a savoir le montage des poutres sur le toit.

j’ai donc acheté le fameux moteur et son bras pivotant pour soulager madame… et j’aurais pas du. voila, ça, c’est fait.

et pourquoi donc ? et bien, l’ensemble est bien trop lourd pour mon échafaudage… arf !

a vide, ça va mais avec un poutre au bout du nez, ça me tordait le bout de l’échafaudage ou il était fixé de bien 5 cm. en ligne droite. alors quand on aurait fait pivoter le bouzin, ça l’aurait pas fait du tout… voila, voila…

le treuil électrique ? exit ! bon, bin, on retourne a notre bonne vielle poulie et on fera avec…

il a fallu tuner la première poutre pour pouvoir fixer les rives. j’ai donc doublé la pointe et le dessus de la poutre pour pouvoir visser les panneaux d’osb dans du solide.

puis après divers tâtonnement qui m’ont grandement énervé les nerfs, sur comment fixer la poutre, fixer le point d’attache permettant de la hisser, on a enfin trouver la technique qu’elle est bonne.

a savoir, deux anneaux d’escalade vissé par le dessus, pour la soulever

et un, boulonné sur la tranche qui sert pour la traction.

les cadenas ? c’est pour gagner de la longueur. avec les mousquetons du premier essai, c’était trop long et je ne montais pas jusqu’en haut. cela fait parti des choses qui m’ont légèrement énervé les nerfs. non, parce que je m’en suis, bien sur, aperçu, une fois sur le toit avec la poutre a 5 cm de son emplacement final… Grouumpfff ! +1 dans mon forfait beuglante. 🙂

le tout relié a une autre poulie et son point d’attache que je visse en haut du faîtage

donc, pour résumer… Estelle hisse la poutre,

je passe sur l’échafaudage pour la faire pivoter

et une fois qu’elle repose sur le toit, je repasse sur le toit pour accrocher la poulie de traction et ensuite, hô hisse !

ça monte pénard, ça fait les bras mais ça monte sans trop se faire suer.

une fois en haut, une pige sert pour l’écartement des poutres et j’y visse la gueule, grave ! je redescend avec ma pige au niveau de chaque panne, vérifie l’entraxe et je la pointe. le tout jusqu’en bas. une fois aligné, je visse l’autre coté en remontant.

revenons a notre poutre de rive. ( la plus drôle )

la pose des rives ? heuuu… ce ne fut pas simple. j’avais bien prévu de poser l’osb avant le montage mais ça alourdissait grandement l’ensemble. j’ai donc préféré les fixer sur place. et je n’ai que deux bras… c’est ballot, non ?

il a donc fallu la poser a peu près en place et la fixer au serre joint pour pouvoir visser l’ensemble.


bon, ce fut  sportif mais jouable. on passe a la rive de zinc. et la, pas de chance, les serres joints n’était pas assez long, donc impossible de les bloquer… +1 forfait beuglante !

Estelle m’a donc aidé de l’échafaudage pour le premier et a du monter sur le toit pour les deux autres. agad ! pour quelqu’un qui a la vertige…

elles sont boulonné avec des vis bac acier directement dans l’osb. ça fait beaucoup de vis mais vu la hauteur, ça évite que le zinc gondole.

et le résultat avec 3 longueur de posé. la dernière sera posé quand l’autre coté sera mis en place a cause de la découpe du faîtage. j’ai aussi posé les protections de bout de panne.

une fois, le coup pris pour la pose des poutres, ça se passe pas trop mal et même si c’est pas aussi rapide que prévu, ça avance et c’est le principal.

puis vendredi, Élodie est venu nous filer un coup de main.

et on a fini de poser les poutres du toit sud, vendredi au soir.

la v’la, en plein effort !

and the last poutre…

les poutres, c’est fait ! méthode de travail validé !

on passe a la paille. samedi matin, beau temps annoncé mais ça se gâte en fin d’après midi. bon… on verra bien.

Estelle en bas qui alimente en botte de paille et Élodie sur l’échafaudage qui les montent.

puis me les accrochent a l’autre poulie pour que je puisse les hisser en haut.

et la fin d’un suspens intenable arrive… ( pour moi, en tout cas… ) comment qu’elles rentrent les bottes ? t’en chie ?

et bien, ça va. les encoches, nickel. finalement, ce n’est pas la, que ça coince. de temps en temps en fonction de la botte, ça arrive a faire un bouchon de paille sur les cotés et j’arrive a en baver un peu pour la rentrer. il faut se la jouer un peu conan le barbare qui se serait coincé une roubignolle entre la paille et la poutre en lui tatanant grave la tronche mais une fois passé ce bouchon, ça rentre tout seul.

bon, ça descend pas tout seul malheureusement. après avoir essayer de pousser avec un liteau qui s’est avéré bien trop souple, je suis passé au chevron qui lui était trop lourd,  pour finalement me les faire en mode varappe.

on a eu le temps de faire trois rang et le temps tournant au gris, j’ai préféré poser le pare pluie au cas ou.

grande idée car on a eu juste le temps de finir que se l’on prenait une bonne saucée. juste, juste…

une fois l’orage passé, on a commencé a poser le litelage pour bloquer le pare pluie sans pouvoir finir. une panne sèche de vis m’ayant obligé a aller en chercher avant la fermeture de bricomerlin et un orage récalcitrant a mit fin a cette journée de travail. de toute façons, tout le monde avait son compte 🙂

bon, une fois de plus, ça n’a pas été aussi vite que souhaité mais ça avance…

et aujourd’hui même prévision pour la météo qu’hier, donc, on remet ça.

et aidé de Stéphane, ça a pulsé ! on a torché le reste avant midi.

et la météo ne s’étant pas planté, on a une fois de plus réussi a poser le pare pluie et un début de litelage

avant the ultimate orage… cette secouée qu’on s’est pris… avec des vrai bout de grêlons dedans… taille œuf de pigeons. et qui c’est qui a flippé sa race pour son pare pluie tout neuf ? sur ce coup, on a apparemment eu de la chance car au nombre de pompier qu’on a vu passer devant la maison, on a eu droit qu’a un tout petit échantillon de l’orage et de ces grêlons.

voila, demain, je finis de poser le litelage pour pouvoir grimper comme un cabris sur mon toit et on déplace l’échafaudage pour s’attaquer au toit nord.

et pour finir, un grand merci a Élodie et Stéphane pour leur coup de main respectif. merci d’avoir fait le déplacement.

 

 

 

 

 

 

 

Do you waterproof ? because, me, pas vraiment…

beaucoup de pluie et donc peu de boulot, du moins pas autant qu’on aurait voulu…

entre deux averses, on a quand même réussi a torcher les poutres en I du toit. enfin…

il ne reste que les poutres qui iront dans l’angle et que l’on fabriquera après mesure en direct live pour éviter les erreurs.

alors, construire ses poutre en I, ça fait économiser pas mal de thune mais c’est long. quand je pense qu’on a encore toutes celle du plancher… m’enfin, faire ça ou autre chose…

bon, malgré le mauvais temps, un toit, même bâché, permet de bosser quand même.

on a donc remis une couche sur les cloisons. Estelle a commencé a poser le litelage

et la première cloison… ça ressemble tout de suite a quelque chose… non ? il en manque encore ? rhôôô, z’êtes négatif…

a la rubrique recyclage, il y a ce foutoir.

toutes les chutes de poutre en I a re-découper pour pas gâcher et surtout pour fermer les pointes de poutres en i.

et dans la série, j’invente des mots et expressions, il y a les arrêts de paille.

mais, heuuu, c’est quoi donc un arrêt de paille ?  et bien, la paille qui va être insérer dans les poutre en I va bien devoir être arrêté en bas des poutres pour éviter que le gravité fassent son œuvre. je vais donc visser ces fameux arrêt de paille ( marque déposé ) sur les flancs de poutre de chaque coté pour bloquer les bottes. a pas cher et surtout recyclé.

dans l’idée, ça va donner ça.

j’ai aussi fabriqué des échelles de toit. ça sera un peu plus maniable que ma grosse échelle en alu.

j’ai aussi fini de fixer l’échafaudage. j’ai donc découper deux longue perche que je visse a la charpente, ce qui me permet de bien rigidifier l’échafaudage. c’est nickel, ça ne bouge pas d’un poil.

et on a enfin validé notre système de montage des poutres en I sur le toit. ça vaut pas une grue mais ça fera l’affaire…

tout d’abord, les systèmes d’attache. les deux serres joints prennent en sandwich la poutre et ça ne bouge pas. ça, ça roule !

le montage au palan manuel, ça passe aussi.

par contre, il a fallu virer les cordes que j’avais mis en sécurité pour l’échafaudage. elle gênait de trop. de toutes façons, elle n’était pas indispensable, les perches étant suffisantes pour la rigidité.

puis une fois en haut, on l’a fait pivoter pour que ça repose en partie sur le toit.

pas mal, mais pas pratique. on a donc décidé de descendre d’un étage pour que les poutres soit plus dans l’axe de la pente

mieux, n’est t’il point ?

bon, dans l’idée, c’est valable. mais, vu que c’est madame qui va être chargé de s’occuper de cette tache, elle émet quelques objections.

premièrement, on va sûrement investir dans un treuil électrique car madame ne se voit pas tenir la poutre, la faire pivoter, et la diriger, le tout sur un échafaudage qui représente un endroit tout a fait saugrenu au regard de son vertige légendaire. bon, il est vrai que madame chipote, je ne vois vraiment pas ce qu’il y a de problématique, la dedans… non, mais, franchement…

deuxièmement, il va falloir prévoir un système de traction de la poutre. une fois de plus madame fait la moue car elle n’envisage pas de pousser la poutre sur le toit. rhôôô, moi, je dis que c’est vraiment de la mauvaise volonté.

donc, va falloir cogiter pour trouver l’astuce qui permettra de tirer par le haut la poutre avant de la fixer. un treuil de bateau est dans les cartons mais reste a lui bricoler un support facilement déplaçable sur le toit. enfin, voila, ça devrait le faire mais ça risque d’être sportif.

et pour finir, je me suis lancé dans la passionnante aventure de la découpe des encoches de botte de paille. et la, je présage que ça va être méchamment long.

pour rappel, les bottes vont être inséré dans les poutres qui font la hauteur des bottes de paille ( 36 cm ). on a fait ce choix pour éviter une épaisseur de toit qui est déjà conséquente. on gagne 10 cm de haut. mais la contrepartie est qu’il faut creuser une rainure sur les quatre cotés de la botte pour qu’elle passe les coins de membrure des poutre.

on a essayé plusieurs technique pour faire ces rainures.

la tronçonneuse, efficace mais en version thermique, c’est quand même dangereux avec de la chiquette de paille a proximité. ça serait ballot de foutre le feu, non ?

en version électrique, ça doit être valable mais de toutes façons, c’est difficile de faire une rainure régulière.

le taille haie casse pas des briques. ça marche mais je doute qu’il survive a une utilisation prolongée. par contre, la rainure est plus régulière.

la grosse disqueuse marche bien mais bien trop lourde pour une utilisation prolongée.

and the winner is: la petite disqueuse avec un disque a rainurer que j’ai avoyé a la barbare pour que ce soit plus efficace

l’avantage est que c’est léger ( m’enfin, après quelques heures, c’est très relatif ) et que le disque est au bon diamètre pour faire un rainure régulière et a la bonne taille.

par contre, le masque et les lunettes sont indispensable.

et ça donne ça :

voila, y a plus qu’a espérer que ma disqueuse survivent aux 360 bottes que je dois découper… oui, oui, 360… oui, je suis motivé, non, j’ai pas le choix… et puis comme ça, j’ai déjà ma paille broyé pour mes enduits. recyclage, recyclage…

allez, le grand week end prochain, j’essaye de mettre une grosse gifle aux bottes de pailles et on voit pour améliorer notre système de levage des poutres.

et dans deux semaines, FIGHT !

 

 

 

 

 

t’as un beau r’gard, tu sais… hô, grand fou, va !

Le week end dernier, on a turbiné sec, en prévision de celui de pâques ou on savait qu’on en ferait pas lourd.

Donc, j’ai maçonné le regard et coulé une mini dalle, juste histoire que ce soit pas trop boueux.

Me restant une chouille de béton, j’en ai profité pour couler la dalle du conduit de cheminée.

Et puis le temps que tout ça, sèche, j’ai mis en place les cuves de 1000 l que j’ai ressui a trouver a un prix défiant toutes concurrences ( 15 € pièces ).

Et même punition de l’autre coté. On a du coup, un peu de marge, pour arroser les plantes. Et c’est autant d’économisé, en eau potable et en facture. Les premiers seaux serviront pour la maçonnerie, plutôt que pour le jardin. Je les ai passé au karcher mais bon, par prudence, vaut mieux, bien les rincer.

Bon, et puis, c’est pas tout de mettre en place les cuves, faudrait voir a les brancher sur les chéneaux.

J’ai fait l’acquisition, d’un magnifique fer a souder de zingueur de pro, exprès fait pour…. mais… je sais pas pourquoi, ça chauffe pas assez. J’ai tout essayé butane, propane, y a rien qui chauffe assez. Peut être un problème de pression, au niveau détendeur. Je vois plus que ça. Je sais que les pro, les branchent sur des bouteilles spéciales, mais qui coute un bras. Et puis, une bouteille de gaz, c’est une bouteille de gaz. D’ailleurs, si un pro de la question me lit, ça m’intéresse d’avoir son avis sur la question.

Du coup, mon bouzin ne chauffant pas assez, Bernard, eu’l potier, m’a prêtè un fer a souder classique avé la flamme, et je me suis débrouillé avec. Ca va que c’est de l’acier zingué car le zinc pur aurait fondu. Bon, c’est pas très beau, j’ai bouffé une targette d’étain pour faire 4 soudure mais bon, mission accomplie, les fonds sont posés. Qui a dit, il serait temps !?!

Passons, a la maçonnerie, au béton, au parpaing et autres cochonneries salissantes et fatigantes.

La « dalle » sèche. Admirez le lissage parfait, l’extrême planéité faite au laser pifométrique 🙂

Puis, parpinage

Et ce week end, j’ai fait un ch’tio poteau pour faire monter le tuyau et le fixer dessus afin que ça ne bouge plus ( raison de la fuite précédente et responsable, de tout ce boulot… )

Et le résultat…

Maintenant, si une fuite revient me les gonfler, la, je pourrais m’occuper de son cas, de suite.

Et pour finir, une belle palette recouvre le tout, le temps que je lui fasse une joli plaque en ferraille isolé.

Sinon, retour d’expérience, sur les toilettes sèches et la separation. Essai, non transformé. Il y avait finalement, plus d’odeur qu’avec l’ancienne version, sans separation.

La faute, je pense, a la stagnation dans les récepteurs. Une fuite aussi, a fait que ça coulait aussi a l’intérieur, du a une soudure hasardeuse…

Il y aurait eu la solution de verser un peu d’eau après chaque vidange mais ça perd quand même beaucoup de son intérêt et l’idée d’économie d’eau en prenait un coup.

Donc, démontage et retour a l’ancien système.

On aura essayé. J’essayerais peut être, de repenser le système quand on aura le temps. ( dans 3 ans, a peu prés… )

Pose des chéneaux. Hébé, c’est pas trop tôt…

Dimanche et toujours avec l’aide de beau papa, on a enfin posé les chéneaux.

On a commencé par remonter la planche que j’avais mis pour les poser.

Puis on a posé une tuile, histoire de voir ou elle allait tomber dans le chéneau et… bin, comme d’hab, quand j’ai posé mes tuiles cet automne, j’ai du calculé comme un organe génital masculin…

En gros, en l’état, les chéneaux ne servait a rien… La tuile sortait de 10 cm… Et oui…

Alors me direz vous, comment que t’as fait. Bin, comme d’hab, je me suis fait suer ( doux euphémisme… )

On a du virer le rang de tuile supérieur pour pouvoir remettre un liteau plus haut…

Puis, on a commencé a poser les supports de chéneaux. Alors dans mon idée, on prenait le cordeau et on claquait un belle ligne droite avec la pente suffisante pour l’écoulement.

Mais en utilisant cette méthode, on a eu l’impression d’avoir une pente trop forte.

Alors beau papa a eu l’idée de poser le premier support, poser le premier morceau de chéneau et prendre le tuyau d’arrosage pour vérifier par le fait, la pente.

Et finalement, c’était point bête du tout. On a réglé l’écoulement pil poil de cette manière. Pas très orthodoxe mais efficace.

Et un petit test d’étanchéité pour vérifier le tout

Et même punition de l’autre coté

On a aussi posé les crochets a neiges, fortement recommandé dans nos contrées neigeuse…

Et on a reposé les tuiles dans la joie et la bonne humeur…

On a pas eu le temps de souder le tout mais on y a mis une bonne claque, quand même.

Et le résultat, c’est en jette une toiture finie, non ?

Toiture finie !!!

Enfin presque… Il me reste juste un rang de tuile de rive a poser car je suis tombé en panne de clou calotin.
Il y a aussi le premier rang de tuile a poser de chaque coté mais la, il faut que je calcule l’espacement pour les chéneaux et les renforts de chéneaux.
M’enfin, c’est une demi journée de boulot et le principal est fait. Il peut flotter, ça craint plus rien.

En tout cas, c’est du boulot, quand même…
En autre, poser les tuiles faitières. je peux vous dire, qu’a cheval sur le faitage, ça fait pas que mal au fondement. C’est dans ces moments la, que tu vois que t’as plus la souplesse de tes 15 ans….

Et puis bon, c’est haut… Entre mettre la chaux, tout en tenant le seau de chaux et la tuile pas loin… Heureusement, Bernard est venu me filer un coup de main et il s’est tapé tous les allers retours,  avec les tuiles et la chaux pendant que je me la coulais douce sur mon canapé triangulaire en tuile, spéciale je vais plus pouvoir m’asseoir pendant deux jours 🙂 .

Pose de la chaux, version concentré :

version pas concentré du tout…

La pluie ? La neige ? Pfff… même plus peur ! non mais !

Épidémie de tuillite aiguë

Bin, voila, on peut pas laisser sa toiture deux secondes sans qu’une bande de schtroumph barbu viennent faire le boulot a votre place… y a pas idée, j’vous l’dit…

Je rentre ce soir du boulot et Estelle me dit: t’as vu ta toiture? heuuu, non. Y a des tuiles qui sont tombées… put… de ch..de bor… *ù$*$:!;ù* que je commence a grommeler, en me demandant bien, comment ça a bien pu arriver.
Je vais voir et un pan de toit était tuilé, ouf… et yes !!! Ma puce, au passage, je te garde un chien de ma chienne pour me faire des frayeurs pareil !

V’la t’y pas que les voisins, Bernard et Michel aidé par Estelle ont profité de l’après midi pour s’improviser apprenti couvreur et ça, c’était vraiment la bonne idée du moment.

Un grand merci a tous les trois pour ce coup de main en loucedé, mais coup de main très apprécié !

Pose des premières tuiles

Ça y est, les premières tuiles sont enfin posées. Et ça fait plaisir a voir !
J’ai posé les premières tuiles de rive, hier soir, en rentrant du boulot avant que la nuit tombe et j’ai fini aujourd’hui.

Ce soir, Bernard est venu me filer un coup de main pour monter quelques paquets de tuiles et on a un petit peu avancés.

Une fois que les premières rangées sont posées, le plus long ( et le plus fatiguant ) c’est de les monter sur le toit. ( Et que je monte, et que je redescend et que je remonte et que… )
Demain, on continue un peu et théoriquement, ça devrait être fini ce week end.
De toutes façons, il faut que ce soit fini ce week end parce qu’avec le changement d’heure prévu pour samedi soir, la semaine prochaine, ça sera cuit pour bosser le soir, donc…

Pose des liteaux horizontaux

Aujourd’hui, j’ai avancé la toiture, vu la fraicheur actuelle.
Avec un 3° ce matin et un -4° prévu pour demain, c’était pas une bonne idée de continuer les enduits, donc toiture.
On a perdu un peu de temps a calculer les pureaux ( espacement des tuiles ) et aussi a monter et descendre de l’échelle pour mettre les premiers rangs de liteaux.

Par contre, dés que j’ai pu prendre appui sur les liteaux, c’est allé tout seul.
C’est achement plus pratique pour marcher sur le toit.

Estelle puis Bernard et Maurice m’ont encore filés un coup de main et m’ont évités quelques aller retour sur l’échelle pour aller chercher les liteaux et ça, c’est sympa.

Non, parce que bon, a force, ça fatigue un poil…

Pour gagner du temps, je me suis fait deux piges a la longueur de l’écartement entre liteau, ça évite de mesurer a chaque fois et sert a soutenir le liteau qu’on a plus qu’a clouer.

J’ai aussi profité d’être en haut pour poser les protections de panne faitière et sablière en acier galva. ( Normalement, elles sont en zinc mais vu le prix actuel du zinc, bin, elles sont en galva…)
Cela a pour fonction de protéger « le bois de bout » des sablières et faitières des intempéries.

Je les ai fait carré. J’avais commencé a faire une pointe vers le bas mais et d’une, je me faisais ch… a les découper et de deux, esthétiquement parlant, ça cassait pas des briques. Donc, simple et rapide.

Demain, même punition, j’espère finir la pose des liteaux avant midi et commencer a tuiler dans l’après midi. Allez j’y crois très fort…