De tout et de rien en attendant de jouer de la minipelle

j’étais parti pour m’octroyer généreusement une recréation menuiserie mais les journées n’étant point assez longue, ça sera pour une autre fois.

car anéfé, le tout a l’égout est pour dans 15 jours et me lancer dans une rambarde de mezzanine, un escalier ou bien une porte d’entrée sans être sur de pouvoir la finir, c’est la plantade assuré, si je suis obligé de mettre de coté le boulot commencé et de le reprendre plus tard. je commence a me connaitre et je préfère passer mon tour.

donc, en attendant, on prépare le chantier pour que je puisse faire mon kéké avec ma mini pelle toutes options ( et gyrophare sur le toit, s’il vous plait ).

maintenant que j’ai un beau compteur électrique, on a modifié l’alimentation générale électrique et supprimé le coffret de chantier intermédiaire ( en vente sur le bon coin 😉 ) qu’on avait posé au départ.

au début du chantier, on avait aussi posé une belle gaine avec 35 mètre de câble dans les règles de l’art, fil et gaine de bonne section, et tout et tout mais si la gaine va rester, le fil est bon a vendre. on dit merci ERDF qui m’a dit que mon fil, je pouvais me le mettre ou je pense ( les intestins humains sont très long, ça devrait passer ) et qu’au moment du raccordement définitif, ils utiliseraient bien ma gaine mais qu’ils mettraient leur câble a eux, le même que j’ai posé, hein, sinon, c’est pas drôle mais en noir très foncé alors que le mien n’est que noir et qu’il n’y a pas marqué ERDF dessus et que l’électricité qu’il transporte me coutera moins cher. non, j’deconne. . et si ça, ça fait pas la différence…

bon, sans vouloir chipoter, cette bonne blague devrait quand même, nous couter dans les 1500 boules. bon, certes, c’est du travail de professionnel mais ça fait un peu mal au fondement…

du coup, on a sorti notre câble et on l’a repassé dans une gaine provisoire pour pouvoir le bouger et me faciliter les déplacements avec la mini pelle sans lui rouler sur la tronche. a défaut, j’espère pourvoir le revendre donc autant ne pas l’abimer.

DSCF2194_phatch

on a fait pareil pour l’alim’ de l’atelier qui arrive désormais au compteur dans la maison

DSCF2196_phatch

DSCF2195_phatch

DSCF2198_phatch

je me suis aussi remis a la plomberie et ces évacuations.

rien de bien intéressant, donc, juste quelques photos.

DSCF2204_phatch

DSCF2205_phatch

pendant ce temps, dame Estelle a envoyé un grand coup de ménage pour nettoyer les résidus de chantier électrique et y avait de quoi. j’en avais mis de partout, un vrai sagouin !

puis elle a repris au scotch alu, tous les boitiers électriques dont le scotch s’est déchiré, lors de la pose, le serrage des boitiers etc…

DSCF2211_phatch

DSCF2212_phatch

DSCF2213_phatch

et entre deux bricolages, je me suis mis au plan de la rambarde de la mezzanine et de l’escalier.

pour la mezzanine, on a enfin trouvé une forme définitive. on a fait plein de versions différentes, classique, croix de st andré, moderne etc… mais on voulait un truc original. donc après maintes essais, on s’est arrêté, la dessus. le tout, en frêne des familles.

mezzanine_phatch

pour ce qui est de l’escalier, pas pareil. aïe, aïe, j’y voyais plus simple… ça va être coton a realiser.

c’est un premier jet et il faut que je vérifie toutes mes cotes mais ça devrait ressembler a ça.

escalier_phatch

en fait, c’est ce foutu angle a 45 ° qui me met dedans. tout les escaliers du commerce, en dimensions standard n’ont pas d’arrivée pour le quart tournant en 45°. c’est droit ou 90 °.

et les plans que j’ai pu trouver n’ont pas cet angle a 45°. du coup, j’ai triché en utilisant un escalier dispo sur la banque d’image de sketchup ( merci a « lolomilastef » ) que j’ai adapté a ma sauce.

la dessus, on rajoute un poteau, pas super bien placé, une hauteur sous entrait de 1.9 m ( bon, avec mes origines de vikings qui a oublié de grandir, j’y passe dessous, les bras levé ) mais c’est limite, limite et faudra que je fasse gaffe quand je porterais mes plateform boots de dragqueen ( oui, moi aussi, je veux faire des paniers de basket sans devoir prendre un escabeau et non, c’est pas de la triche, c’est une variante de la théorie de l’évolution )

le week end prochain, normalement, on coule la dalle de poêle de masse. ( enfin. )

après moult recherches, on s’est arrêté sur du liège pour isoler la périphérie et béton de vermiculite armé pour remplir le bouzin.

on était parti pour un béton de liège ou de chanvre mais on arrive pas a trouver de donnée précise sur la résistance de ces bétons ( ou je les comprend pas… ) et même si c’est pas pour tout de suite, le poêle de masse est toujours d’actualité et la dalle devra donc supporter son poids.

ça devrait être suffisamment isolé pour ne pas faire un beau radiateur froid en plein milieu de la maison.

niveau électricité, j’ai fait mes plans spechiole consuel. j’ai utilisé le logiciel 1.2.3 schéma de hager. même si je l’ai trouvé par terre, dans le caniveau de l’internet mondial, je suppose que mon fournisseur aurait pu me fournir une copie au regard de la facture qu’il m’a donné a régler mais ça reste a prouver. sinon, vous avez qu’a demander a votre tonton d’amerique de vous l’envoyer en VHS betacam 33 tours.

sinon, très bon soft mais réservé au matos hager.

il suffit de placer les références hager des disjoncteurs et inter diff dans l’ordre de son tableau et il te pond tous les schéma demandé. même les étiquettes a coller sous les disjoncteur pour savoir qui fait quoi. c’est t’y pas magique.

voir même qu’il te calcule le pourcentage d’occupation de ton coffret. et la, c’est le drame… les 20 % de réserve obligatoire… et bin, j’en avais royalement 9%. et m…

donc, sur les conseils de la stebanie familly j’ai déporté les deux prises électriques du coffret sur le coté de la GTL pour arriver a 21 %. juste mais suffisant.

ça ressemble a ça.

Capture d'écran - 13042014 - 18:50:16_phatch

Capture d'écran - 13042014 - 18:51:15_phatch

Capture d'écran - 13042014 - 18:51:32_phatch

Capture d'écran - 13042014 - 18:51:57_phatch

la dessus, je me suis fait des plans perso que je peux comprendre ( non, parce que le schéma technique, heuuu… écrit en madarin, j’y comprendrais quelque chose alors que la… ) ça me permettra de savoir qui fait quoi et quel prise ou inter est branché sur qui. imprimé et dispo a coté du compteur, ça facilitera les éventuelles intervention futur.

Capture d'écran - 13042014 - 18:52:11_phatch

Capture d'écran - 13042014 - 18:52:28_phatch

Capture d'écran - 13042014 - 18:52:44_phatch

Capture d'écran - 13042014 - 18:52:58_phatch

pour finir, j’ai mis a jour la page des chantiers participatifs. cette année va être particulière et compliqué a ce sujet mais je vais pas me répéter et si ça vous intéresse, c’est par ici !

 

Enduits de corps… triple low kick dans les chicots !

bon, bin, voila, la couche de corps est finie et avec ça, le planning prévu pour cette année. on va pouvoir lever le pied…

et on doit bien avouer qu’il était temps, on commençait a en avoir plein le fondement. même si, pour une fois, tout s’est a peu prés bien passé, ce fut une année bien chargée. ( bon, comme les précédentes, quoi… )

allez quelques photos.

DSCF0737_phatch

DSCF0739_phatch

DSCF0740_phatch

DSCF0741_phatchDSCF0742_phatch

DSCF0745_phatch

bon, si on va essayer de ralentir, ça veut pas dire qu’on a pas du taf’ pour cet hiver…

on va déjà commencer par une ou deux semaines de glandouilles puis il restera a finir la couche de barbotine a l’étage. il reste pas grand chose mais on aimerait pouvoir finir ça aussi.

puis ça va être rangement, démontage de la serre pour sa mise en vente, remise en état du bout que l’on va garder pour le potager de madame, bois de chauffage, puis pose des gouttières ( si, si ! ), cloisons du RDC, et… et… et… électricité…

et si vous avez peut être remarqué que le capitaine haddock n’a pas trop montré sa barbe cette année, il risque de reprendre du service rapidement 🙂

kenny

 

Et pis… GNON ! tient ! déclara Chuck Norris aux 457 vilains qui semblaient vouloir attenter a son intégrité physique.

Et la, vous vous dites… gné ?!?

attend, attend ! pis.. gnon… pignon… pignon de la maison, chuck norris et sa célèbre faculté a mettre ces pieds ou il veut et souvent dans la gueule, fin de le couche de corps sur les pignons qui en a pris un coup, coup donné par chuck norris, analogie, jeu de mot, calembour : vanne de merde.

et j’imagine votre regard perplexe se transformer en une moue affligée et, ça, c’est vraiment très rigolo, comme dit mon petit loulou 🙂

bon, trêve de galéjade. faite une pause, remettez vous de vos émotions après la nullité tchernobilofukushimesque de cette vanne foireuse, allez vous aérer, reprenez foi en l’humanité et dites vous bien que, des fois, c’est dur de trouver un titre a ces posts. non mais !

donc, vous l’aurez deviné grâce a l’extrême finesse mise en œuvre précédemment pour vous orienter vers le sujet du jour, nous avons fini la couche de corps des pignons. ça, c’est fait.

et il nous reste a tout péter une trentaine de mètre carré a finir, ce qui représente queud’ sur la surface de la maison. et qui, si les vents sont favorable, devrait être fini pour le week end prochain. et… et… ça sent la fin de saison et le ralentissement de la cadence de travail, ce qui n’est pas pour me déplaire, je dois bien l’avouer.

bon, rien de bien nouveau, montage, démontage d’échafaudage, enduits, taloche etc… donc photos, en gros et en général.

DSCF0687_phatch

DSCF0688_phatch

DSCF0691_phatch

DSCF0700_phatch

DSCF0715_phatch

DSCF0717_phatch

et, voila, ça déchire ! et pis, c’est tout ! on est vraiment content du résultat. c’est rond, chaud, voluptueux, sensuel, bosselé ( que vous ne croyez pas que je décrive autre chose que la forme de nos murs, hein ? petit coquinous ). en gros, ça poutre !

et pour ne pas démériter quand a ma légendaire faculté a vous tenir la jambe dans mes post interminable, je ne peux terminer ainsi, ça serait bien trop court, voyons… doooonc… il a fallu que je refasse un tamis ( non, attendez, ne partez pas, ça sera bref 🙂 )

alors, le tamis avec, uniquement le grillage a poule pour supporter le poids, ça ne tient pas le choc et le mien, même après avoir été renforcé au milieu pour éviter une trop grande portance, a fini par agoniser dans d’atroce souffrance.

du coup, gogorecyclage a la grue qui n’a pas su resister a la loi universelle de la gravité ( la garce ! ) et j’ai utilisé ce qui faisait office de toit du poste de pilotage sur lequel on pouvait se positionner pour diriger la grue ( quand elle ne se vautre pas comme une grosse bouse, hein ? de l’amertume ? rhôôô si peu… )

j’ai éclairci les mailles du grillage qui servait de toit et de protection puis j’ai remis une couche de grillage a poule. la grosse maille sert a supporter le poids et la grillage a poule de tamis. et, ça devrait nous finir le chantier sans problème. comme quoi, elle nous aura servie cette grue… heuuu… keuf, keuf… sifflotement…

DSCF0710_phatch

au rayon bricolage et recyclage, les chutes de poutre en I n’en finissent pas de trouver une utilité. entre passerelle d’accès a la maison, planche d’échafaudage et échafaudage en mode bricolo bill, finalement, je regrette pas d’en avoir fabriquer de trop.

estelle a ainsi pu finir le barbotinage du pignon intérieur au dessus de la mezzanine grâce a deux membrure et autant de chute de poutre en I. c’est un peu rock n’roll mais ça marche et c’est costaud.

DSCF0722_phatch

DSCF0725_phatch

P1110944_phatch

P1110941_phatch

P1110962_phatch

puis elle a aussi terminé l’autre pignon ( notez le splendide lit, que même la belle au bois dormant, elle en a pas un comme ça, qui vous attend, si vous venez nous aider sur les prochains chantiers participatifs. non, mais attend, on se fout pas de votre gueule quand même. t’en a déjà vu des plumards avec un aussi splendide couvre lit… heuuu… jaune. très jaune. trop ? et pis d’abord, des couvres lits pareils avé sa tète de lit assorti, s’il vous plaît, même chez ikea, ça existe pas. et oui, les petits tas louche qui constellent, le dit couvre lit, ne sont que de la terre et non pas des substances douteuses qu’un mammifère quelconque aurait laissé en souvenir )

DSCF0726_phatch

DSCF0730_phatch

et pour finir… la minute mac gyver.

tout d’abord, sachez qu’il ne faut pas acheter de bac a douche en plastoque ( ou approchant ). c’est juste de la drouille.

si vous nous lisez depuis le début, vous savez qu’il avait fallu que l’on change notre douche car l’ancienne avait décidé d’exploser une des ces parois, juste pour le fun, voir pour nous enquiquiner une chouille. et que je l’avais remplacé par une douche d’occaz avec un bac en plastoque.

le problème, c’est qu’une fissure est apparu et que fuite il y a eu. j’ai donc essayé de réparer avec du silicone mais en peu de temps, ça fuyait a nouveau.

ne voulant pas changer a nouveau de douche car elle devrait bientôt être mis en retraite, si tout va bien, je me suis regardé l’intégrale de mac le brushing fatal et tout imprégné de sa technique  » je répare tout avec un bout de chewing gum, une barrette a cheveu et vieux clou rouillé « , j’ai détourné légèrement de son utilisation première notre planche a découper qui, noyé dans le silicone apporte un support solide pour éviter de ré ouvrir cette foutu fissure. bon certes, ça fait bizarre quand on rentre dans notre douche pour la première fois et il a fallu racheter une planche a découper mais ça tient..

alors, oui, certain se poseront la question de savoir, ce que fout une planche a découper dans une douche mais ça donne un cachet roots du meilleur effet a notre douche merdiquopourrave et m’évite de refaire de la plomberie autre que dans la maison.

DSCF0369_phatch

moi, je dis, mac gyver, petit joueur !

 

 

 

 

Couche de corps, avé du muscle de force, de la sueur ( qui sent mauvais ) et beaucoup de lessive !

ça y est, le deuxième chantier participatif est terminé et demain je retourne au chagrin…

mais malgré une fréquentation en forte baisse ( comme si vous aviez autre chose a faire que de venir nous filer un coup de main… vous n’êtes pas raisonnable… ) on a quand même super bien avancé et que même, on va tenir notre planning et que la vérité, si je mens, que ça sera la première fois depuis le début du chantier.

si madame et votre serviteur ont envoyé du pâté pour avancer au max, rien n’aurait été possible sans l’aide de rossana, sam et pierre-édouard qui sont arrivés en deuxième semaine.

la première semaine a donc été consacré a finir la paille ( cf le précédent post ) et la barbotine manquante.

donc démontage et remontage de l’échafaudage ( je vais finir par l’user… ) pour finir le dernier pignon avec remplissage paille et barbotinage dans la foulée.

DSCF0375_phatch

DSCF0377_phatch

DSCF0379_phatch

puis on a fait un peu de rangement. j’ai fait des paquets avec les lattis des cloisons et mis tout ça, debout car je m’étais spécialisé dans l’art de trébucher dans le tas qui était posé par terre et qui me faisait caguer grave qui m’indisposait. sans compter que ça a libéré de la place pour transformer le rez de chaussé, en piste de course pour vélo et trottinette et même que t’as intérêt a garer tes pompes si tu veux pas te faire rouler sur les arpions ! sont fou ces p’tiots !

DSCF0382_phatch

DSCF0386_phatch

et j’ai attaqué une partie de la barbotine a l’étage pendant que madame finissait la partie cuisine qu’il restait au rez de chaussé.

on a eu la visite de « minot », une autre copain de boulot qui s’est essayé au barbotinage avec un air perplexe au début mais qui finalement s’est pris au jeu et a torché notre chambre et le placard.

DSCF0412_phatch

DSCF0415_phatch

un grand merci a lui d’avoir pris un peu de son temps de vacance pour venir se salir les pognes.

de mon coté, je me suis occupé du pignon au dessus de la mezzanine. j’y sentais moyen et savait pas trop comment travailler en sécurité et finalement mes restants de chute de poutre en I sont venu a ma rescousse. deux poutres posées sur le plancher d’un coté et de l’autre sur l’échafaudage et j’avais une plateforme de luxe pour travailler pénard.

DSCF0404_phatch

puis on est passé aux enduits terre et au premier essai, laissant de coté, la couche d’accroche pour bien préparer l’arrivée de nos esclaves volontaire ( mais on les nourris bien ! )

pour résumer, les enduits terre, c’est du bonheur en barre, que je regrette même de n’avoir pas fait l’atelier comme ça, plutôt qu’en chaux.

mais avant toute chose, passons au point litigieux dans la littérature sur les enduits terre ( du moins, je devrais dire, le manque d’info précise. )

le blém, c’est les adjuvants aux enduits terre. dans les trois bouquins mentionnés dans les précédents post et qui font pour ma part, office de référence sur le sujet, il est conseillé d’ajouter, de la bouse de vache, du crotin de cheval, du maïs fermenté etc… pas tous en même temps mais avec l’idée que l’on prend, ce que l’on a facilement sous la main.

pour nous, cela aurait été de la bouse de vache, disposant d’une ferme a 500 m de chez nous.

les trois bouquins précisent que ces adjuvants ont la facultés de rendre plus solide les enduits, de les étanchéifier, de leur rendre le poil brillant et l’haleine fraîche ( quoi qu’avec la bouse… ). soit. je veux bien. mais dans aucun des trois bouquins ne sont donné les proportions a respecter. ou je sais pas lire. le seul qui donne une vague indication est le « rivjen » avec une unités de mesure sous forme de godet… qui, vous en conviendrez avec moi est une unité de mesure valable dans la science reconnu de la piffomètrie, mais sur mon chantier… bin…

de plus, les trois bouquins insistent bien sur le fait qu’il n’y a pas de recette miracle car toutes les terres sont différentes.

résultat, dans le doute, on a rien mis. et c’est pas l’envie qui nous manquait car j’espère ne pouvoir mettre que de la terre et préférerait me passer d’une couche de chaux extérieur pour la protection finale du mur. donc pour moi, c’est la grosse lacune de ces bouquins.

au final, dans le terre vivante, on a une recette ( précise ) d’enduit de finition a base de jaune d’œuf et d’huile de lin qui, selon leur dire, fonctionne bien et que l’on suivra sûrement mais c’est dommage d’appâter le client sans lui donner les recettes complète.

bon, fallait quand même critiquer une chouille sinon on allait croire que j’étais acheté par le lobby des enduits terre et t’imagine pas le budget ticket restau dont ils disposent pour soudoyer… bin… pas grand monde ou alors des convaincus. 🙂

allez… passons dans le beau monde de la terre et de la couche de corps, de tout mur en paille qui se respecte.

on a besoin de barbotine ( consistance yaourt, presque yaourt a boire ) de sable et de paille.

finalement, j’ai pris la recette première, de mes essais, soit une volume de terre pour deux de sable et un de paille. le deuxième qui doublait le sable et la paille me semblait trop lourd.

pour la terre, il est préférable de la passer au tamis pour virer les plus gros cailloux, étant accepté ceux qui arrivent a passer entre les mailles d’un grillage a poule, soit a la louche ( ou au godet ) 1 cm.

si la terre le permet on peut le faire avant trempage ou si l’on dispose d’une terre comme la notre qui a la fâcheuse habitude de rester agglomérée en grosse motte, on peut le faire après trempage.

on a une tripotée de cuve et deux baignoires pour permettre le trempage et touillage de la terre. le but du jeu étant de laisser tremper minimum 24 heures ( fourchette très basse ) afin de facilité le touillage.

on remplit donc de terre fraîche en cassant au maximum les plus grosses mottes, on recouvre d’eau et on passe un premier coup de malaxeur. puis on laisse reposer les 24 heures mini, puis retouillage plus minutieux pour pouvoir passer au tamis.

pour le stockage, les baignoires vont bien mais les fût plastiques de 200 L coupés en deux sont juste parfait. ça permet une position optimal avec le malaxeur qui, avec ses 1300 watt en pleine bourre fatiguent vite son utilisateur.

pour le tamisage, j’ai fabriqué un tamis a la taille de la baignoire qui sert de stockage final.

DSCF0432_phatch

ensuite, je verse la terre sur le tamis

DSCF0434_phatch

puis brassage a la main

DSCF0436_phatch

et ne reste a la fin qu’un restant de caillou aggloméré avec des mottes d’argiles récalcitrantes que je met de coté dans une autre bassine pour trempage, re-malaxage et repassage au tamis pour récupérer la substantifique moelle de la terre qui restait agglomérée aux caillasses.

DSCF0438_phatch

parce que finalement la terre ne coûte rien financièrement parlant mais physiquement… ça fait sentir sous les bras ! donc si on peut économiser quelques litres de sueur, faut pas se gêner.

et le résultat après tamisage. de la vrai crème dessert.

DSCF0446_phatch

pour la fabrication, on conseille plutôt le malaxeur planétaire ou verticale, le foulage aux pieds ou le mélange a la pelle mais la bétonnière classique a plutôt mauvaise presse.

bon, c’est ce que j’ai et si le coté sympathique du foulage aux pieds avait l’air tentant, ça oblige a faire de grosses quantités d’enduits qui ne conviennent pas a mes après midi de travail.

donc, j’ai juste customisé la bétonnière en rajoutant une encoche a la roue crantée qui permet l’inclinaison de la cuve.

DSCF0476_phatch

cette encoche permet de mettre la cuve a l’horizontale et de finir de mélanger après introduction de la paille.

par contre, ça force pas mal et la patte de ferraille qui maintient la cuve a cassé. d’où une réparation maousse costaud.

DSCF0475_phatch

donc, avec les proportions de 1 seau de barbotine, 2 de sable et 1 de paille qui sont multiplié par deux pour faire une brouette complète, la cuve est a l’oblique dans la position classique, je met la barbotine a l’arrêt ( car ça colle toujours au fond du seau et racler le seau avec la cuve qui tourne, c’est pas le top ), puis, je met en route, j’envoie le sable, rajoute une chouille de flotte en fonction de la chaleur ambiante et je met la paille en envoyant bien les poignées de paille au fond de la cuve.

puis je met la cuve en position horizontale en mettant la brouette en place pour récupérer ce qui pourrait tomber de la cuve et la position horizontale fait la différence. la, ou avec la cuve oblique, le mélange avec la paille est trop épais pour bien se mélanger et reste coincé dans les pales intérieur de la cuve, a l’horizontale, ça « roule » l’enduit qui monte en haut de la cuve et se casse la gueule ( d’où le travail du châssis de la bétonnière et la casse de mon bitonio ).

tout n’est pas parfait et un petit grattage de la cuve en pleine action avec un bout de bois permet de bien décoller le bonbon du papier. de même qu’il faut récupérer un peu d’enduit a la main, restant en fond de cuve. mais bon, rien d’insurmontable et il y en a pour 5 mn pour faire une brouette.

finalement, c’est assez facile, la difficulté résidant dans la gestion de la terre. entre la terre brute qu’il faut piocher, le remplissage des cuves vide, le trempage, le malaxage, le tamisage, la bétonnière… tu cours un peu dans tous les sens et j’ai presque passer ma semaine a la fabrication d’enduit.

vous saurez aussi que les marchands de sable doivent être bien potes avec les scieurs et les marchand de matériaux. ils ont du monter une société secrète ou signer une charte stipulant qu’il ne faut jamais JAMAIS !!! respecter un délai de livraison.  et lui, il bat tous les records car il n’a même pas l’excuse de la distance, la carrière étant situé a 5 km… voila, voila…

du coup, les premiers jours, j’ai été fin chaud sur le sable. j’ai commencé a la brouette puis j’ai déployé l’artillerie lourde et utilisé ma remorque pour m’éviter le voyage menant de l’entrée du terrain ou se trouvait notre restant de sable et le fond du terrain ou se situe  l’aire de fabrication.

DSCF0479_phatch

passons maintenant aux invités. pierre édouard est arrivé le preum’s et dés samedi matin s’est mis au boulot.

DSCF0420_phatch

DSCF0424_phatch

puis samedi en fin d’après midi sont arrivé rossana et sam qui a peine descendu de 5 heures de voiture se sont mis au boulot direct. courageux, je vous le dit !

DSCF0448_phatch

pour les enduits, les premiers essais ont donné l’impression de devoir faire deux couches car dés qu’on essayait de charger, ça avait tendance a se casser la margoulette.

donc on est parti la dessus mais finalement on a perdu du temps car si ça se cassait la figure, c’était la faute de mes premières bétonnières d’enduits qui était trop sec. on s’en ait aperçu par la suite avec rossana et sam car avec des enduits plus liquide, ça tient bien mieux et on peut mettre facilement du premier coup les 2 cm minimum conseillé.

du coup, samedi et dimanche, pierre edouard puis rossana et sam se sont contenté de passer une première couche fine sur quasiment le tour de la maison. c’est toujours ça de pris mais on aurait pu passer en une couche et rossana et sam aurait pu éviter de se retaper le tour complet pour la deuxième couches. m’enfin, c’est de ma faute, j’avais qu’a réussir mes premières brouettes d’enduits du premier coup.

DSCF0441_phatch

donc pendant que pierre edouard avançait sur la première couche, rossana et sam passait la deuxième.

DSCF0454_phatch

DSCF0466_phatch

DSCF0449_phatch

DSCF0453_phatch

DSCF0481_phatch

j’adore cette photo, un bel exemple d’harmonie familiale 😉 concentré, n’est t’il point ?

DSCF0460_phatch

de mon coté, entre deux bétonnières, j’ai quand même réussi a faire un peu d’enduit, tout comme estelle des qu’elle réussissait a venir a bout de l’intendance.

DSCF0469_phatch

et le mur de madame

DSCF0488_phatch

DSCF0505_phatch

puis tout le monde est monté d’un étage

DSCF0489_phatch

DSCF0501_phatch

DSCF0513_phatch

le premier tour de fenêtre… y a pas a tortiller, les angles arrondis, ça déboîte !

DSCF0516_phatch

finalement on a réussi a bien rattraper les trous et bosses tout en gardant les courbes et le coté sensuel du mur.

DSCF0519_phatch

DSCF0536_phatch

pour la pose de l’enduit, soit on jette l’enduit par petite poignée avec le rossana style

DSCF0526_phatch

ou l’on pose une bouse qu’on écrase a la main avec le sam’style

DSCF0529_phatch

c’est comme tu veux tu chois’

et il suffit de lisser le tout a la taloche

DSCF0531_phatch

et le travail final de rossana et sam, ils auront eu juste le temps de finir le mur nord.

DSCF0535_phatch

de notre coté, on a fini vendredi soir, le pignon avant démontage de l’échafaudage pour permettre d’accéder au haut du pignon.

DSCF0547_phatch

DSCF0550_phatch

voila, une fois de plus, ce chantier fut productif mais surtout, c’est toujours aussi formidable de rencontrer des gens d’horizon différent avec des projets tout aussi différents.

un grand merci a pierre édouard pour son aide et sa bonne humeur ( et sa patience avec les p’tiots 😉 )

DSCF0430_phatch

et un autre grand merci a rossana et sam pour avoir supporter le rythme soutenu qu’on leur a imposé, leur méticulosité et leur gentillesse.

DSCF0540_phatch

que vos projet a tous les trois se réalisent rapidement.

nous avons aussi eu l’agréable visite de « stebanie » du blog « paille au perque », soit Stéphanie, Sébastien et leurs p’tiotes, Lily et Philomène.

en vacance dans le coin, on a eu l’occasion de se rencontrer en vrai autour d’un repas et d’une bouteille de savagnin. et c’était vraiment bien sympa de pouvoir passer de l’autre coté de l’écran.

pour finir, a l’instar de Lily qui donne dans la customisation de croc avec des restants de chantiers, Julie a aussi laissé libre cours a son imagination et nous a concocté a base de chute de charpente, un magnifique « marcel, tête de bois » du meilleur effet.

l’est pas chouquard ?

DSCF0371_phatch

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bétonman et les enduits girl sister.

du retard sur votre chantier ? un simple projecteur dans la nuit noire avec un brouette ou une bétonnière en ombre chinoise qui se découpe dans l’obscurité, les v’la qui débarquent et le boulot a faire, prend cher sa reum’s.

après avoir endurer des fondations a la mano ( mais qui lui vaudra sur surnom éternellement ), après avoir brassé de la poutre de guerrier pour la charpente, le projecteur s’est donc a nouveau allumé et tel des super héros du boulot a abattre, isabelle ( alias enduit girl ) et betonman sont reviendu nous filer un bon coup de main.

du coup, il se sont occupé de finir la couche d’accroche extérieur puis on attaqué l’intérieur de la maison et il doit rester une vingtaine de mètre carré a enduire de barbotine au rez de chaussé et l’étage au complet. si c’est pas de l’efficacité !

les débuts d’enduit girl a la barbotine

DSCF0207_phatch

aidé de Lucie alias « minette girl » qui nous aura aussi filé un bon coup de main.

DSCF0201_phatch

mais aussi du fameux betonman ( marque déposé )

DSCF0272_phatch

sans oublier ma douce qui n’a pas donné sa part au chien. vous noterez quand même la tenue très très négligé des deux sœurs… soit dit en passant, que c’est la nouvelle mode, que jean paul gauthier va dessiner sa nouvelle collection sur le thème  » la terre, c’est trop hype, chérie !  » et que l’été prochain, toutes les faschionistas porteront la godasse de sécu crotté ainsi que le fute et t-shirt barbouillé a la vrai terre du jura. mais bien sur…

DSCF0263_phatch

ne pas oublier albanne qui, en qualité de photographe attitré aura permis les photos ci joint. ( les appareil photo n’apprécie guère la poussière et encore moins la barbotine 🙂 )

allez quelques photos.

DSCF0225_phatch

DSCF0226_phatch

 

DSCF0238_phatch

DSCF0276_phatch

DSCF0298_phatch

au final, ça va assez vite mais c’est beaucoup de boulot avec les trous a reboucher. mine de rien, il faut être soigneux et ça bouffe un volume impressionnant de paille en vrac.

madame nous explique comment faire pour reboucher un trou…

puce

pendant ce temps la, laurent s’est occupé de l’alimentation en barbotine de ces dames, remplissage des cuves, mouillage et touillage. par 35°. lui qui travaille d’habitude par – 25°, ça calme…

DSCF0289_phatch

de mon coté, j’ai enfin fini le premier pignon.

avec l’aide de laurent, on a déplacé l’échafaudage de… 1 mètre. ça fout un peu les boules mais pas le choix pour monter au plus haut. et même comme ça, j’ai fini la pointe sur une échelle posé contre les dormant de fenêtre en triangle. pas des plus confortable mais pas d’autre choix possible.

DSCF0230_phatch

et le résultat…

DSCF0246_phatch

on a commencé a passer les gaines électriques qui passe dans les murs. pour pas devoir flinguer les enduits par la suite.

DSCF0212_phatchmrprope

🙂 hé, hô, y a pas que moi, hein ? solidarité avec les déficients capillaire !!!

DSCF0259_phatch

en passant, si vous devez acheter de la gaine électrique, surtout achètez les rouleaux  » filmé  » dont vous pourrez tirer la gaine par le centre. et pourquoi donc que c’est mieux ? et bien, car si vous faites comme moi et que vous achetez un rouleau de 100 m cerclé… t’es obligé de faire sauter les cerclages qui maintiennent la gaine et ça donne un beau bordel ! juste 100 m de gaine a dérouler et démêler. si je connaissais le sombre crétin qui a pondu un système pareil, je l’assommerais a coup de baffe.

DSCF0332_phatch

j’ai aussi fait les test d’enduits.

en gros, le mélange terre-sable-paille diffère selon la terre utilisée et ces proportions d’argile.

il faut donc faire des test pour connaître au plus prés le mélange idéal. on a suivi la technique expliqué dans le livre  » enduits de terre crue  » de sylvain moréteau aux éditions terre vivante qui est très complet sur le sujet. en passant, si vous voulez approfondir le sujet, on vous conseille aussi  » enduits et peintures naturels a base de chaux et de terre » de adam weismann et katy bryce aux éditions la plage. ce dernier est plus généraliste mais très complet sur tous les sujets et vaut vraiment le coup de faire souffrir votre carte bleue.

ces deux la, ainsi que celui de rijven ( dont je cause dans un précédent post  ) vous permettront de tout connaître sur les enduits terre.

bon, je reprend. le principe c’est de faire des échantillons sur le support final, si possible avec différentes proportion de mélange.

on part de base avec un volume de terre a chaque fois puis on rajoute en suivant le schéma ci dessous, les différents ingrédients. la ligne horizontale représente la paille et la verticale le sable.

DSCF0324_phatch

j’ai utilisé une louche pour éviter d’en faire des tonnes, déjà que ça consomme du seau…

DSCF0315_phatch

DSCF0316_phatch

puis on applique sans oublier d’humidifier le support préalablement et en faisant des petits carré et en respectant l’ordre établi…

DSCF0320_phatch

DSCF0325_phatch

puis il faut attendre si possible 72 heures, le séchage complet du bouzin.

après 24 heures…

DSCF0354_phatch

et séchage complet…

DSCF0360_phatch

il n’y a a plus qu’a lire… théoriquement, on doit choisir le mélange le plus homogène et qui a le moins fendillé possible.

il en ressort le mélange 2 vol de sable – 1 vol de fibre et le mélange 4 vol de sable – 2 vol de fibre.

le premier

DSCF0362_phatch

et le deuze

DSCF0361_phatch

le plus chargé me parait le plus cohérent mais sera plus lourd. je prendrais bien le plus chargé pour l’extérieur et le moins chargé pour l’intérieur. je pense que c’est a l’application qu’on se décidera définitivement. si un des deux est plus facile a poser, on optera pour celui ci.

voila, voila… un grand merci a Isabelle, Lucie, Albane et Laurent pour ce gros coup de main. on va pouvoir attaquer demain, le deuxième chantier participatif sereinement, avec la couche de corps. sans eux, on aurait été a la bourre une fois de plus.

un gros poutou baveux a Lucie pour son coup de main alors qu’elle aurait pu user le fond de la piscine de sa cousine toute la semaine. chapeau, ma grande !

DSCF0232_phatch

et une grosse léchouille sur la truffe a albane pour ces talents de photographe ( même si j’ai retrouvé sur la carte mémoire, une vidéo de limace a fond les ballons… ahem… voila, voila… 🙂 ) et surtout de s’être occupé de son petit cousin pot de colle qui ne l’a pas laché de la semaine.

P1110905_phatch

sinon, reste a finir mon deuxième pignon qui est sur la bonne voie et on pourra attaquer les enduits. YES !

hier, Estelle a sorti toutes les bottes de pailles en trop et a ainsi dégagé la vue intérieur.

DSCF0363_phatch

DSCF0364_phatch

c’est encore un peu le foutoir mais on y voit plus clair, quand même.

pour finir, on a des squatteurs… maintenant qu’on a des murs tout ça, tout ça, je m’étais aménagé un petit coin sieste des plus douillets a l’étage. mais un couple de piaf s’est installé dans la salle de bain et madame nous a pondu trois morveux qui font un barouf’ du tonnerre. ‘foiré ! et ma sieste, bord… j’hésite donc entre l’attendrissement « sont crô mignôôôn » et le parcours fléché pour chat affamé.

DSCF0349_phatch

bon, je serais magnanime et attendrait la fin de la trêve estivale. par contre, des qu’ils sont assez grand pour voler, z’ont intérêt a décarré fissa, s’ils veulent pas finir de me contrarier et que je pense a tourner un reportage sur l’instinct de chasseur de nos amis, les félidés et leur façons si particulière qu’ils ont de jouer avec la nourriture. non mais ! la sieste, c’est sacré, vindieu !