Elle a intérêt a être passive, cette baraque !

non, parce que, la, rainurer les bottes de pailles, ça rentre dans le top five des trucs qui m’auront méchamment pété les rouleaux. ( et la liste est disponible en 14 volumes, relié cuir pleine fleur )

c’est long. très long. c’est aussi très poussiéreux, pour les poumons et les yeux et je parle pas des démangeaisons sur mon corps d’athlète musclé de force brute. ( des années d’entraînement au kebab nutella, s’il vous plaît ).

donc, après les 270 bottes découpé, je confirme que le masque respiratoire ( qui tient chaud et démange ) et les lunettes ( qu’il faut passer a la soufflette pour faire partir la buée toutes les 5 min ) est obligatoire.

en gros, bien, bien, chiant et bobo les poignées. mine de rien, on pourrait croire que ça va tout seul, c’est de la paille, hein ?

certes mais, les deux cotés de la botte de paille sont différent en fonction du pliage de la tige dans la botteleuse.

il y a le coté brin de paille coupé, libre, cheveux z’au vent, qui respire et se fait ratiboiser les doigts dans le nez et le coté plié du brin, compressé, plié, qui est convaincu que se prendre un coup de disqueuse dans la tronche n’est pas bon pour son avenir et qui lui, résiste, le fourbe ! et même a la disqueuse et son disque avoyé, ça ne se fait pas tout seul. couplé au vibration, les poignées prennent grave leur mère.

m’enfin, en quatre jour de boulot, j’y aurais mis une bonne gifle.

je pense aussi avoir toutes la paille déchiquetée nécessaire pour les futures enduits terre. on doit en être a pas loin de 5 mètre cube.

ça, c’est le résultat de la pile de gauche sur la précédente photo. soit dans les 50 bottes

on a aussi pris le temps de tester l’entraxe choisi pour les poutre en i, soit 47 cm.

un centimètre de marge, c’est pas énorme mais, ça rentre sans trop forcer. les rainures facilitent bien sur, grandement la chose.

et pour finir, on a investi dans une nouvelle grue. bien plus modeste, il est vrai, mais elle devrait nous faciliter la tache et pas qu’un peu.

voila, demain après midi, je suis en vacance pour 3 semaines et le chantier toiture commence officiellement a partir de lundi. ( ce week end, on déménage béton man )

donc, si vous vous ennuyez, n’hésitez pas, j’ai du boulot pour vous ! 🙂

 

La projeteuse est réparée et la paille est rentrée !

samedi, j’ai passé la journée a essayer de me reconvertir dans la mecanique. la projeteuse ne voulant toujours pas demarrer, je commencais a me faire du soucis en me disant qu’on s’etait fait enflé. mais bon, le gars l’avait demarré donc… y avait un truc pas clair.

mes connaissances en mecanique frolant l’ignorance totale, j’ai essayé de tripatouillé un peu partout en reflexionnant un poil et ouvrant le bouchon de reservoir tout en humant le delicat parfum du gasoil, je fus etonné de sentir une odeur de vernis… y une couil.. dans le bocal !

j’ai donc fait la vidange du reservoir, pris une douche de gasoil au vernis et refait le plein et hô joie, hô miracle, elle a demarré au quart de tour… ouf ! le gasoil etait quasiment d’origine. cuit et archi cuit.

vous noterez l’extreme finesse de ma reaction quand elle a demarré 🙂 tout en subtilité et nuance 🙂

p1070579.JPG

bon, sinon, tout marche bien. le touilleur touille, la vis sans fin visse et la benne, benne. royal !

dimanche, glandouillage intensif et comble du luxe, apres midi baignade ! non ! siiii !!!

et lundi… hahaha… comment dire… on a mechament morflé !

debout 5 h, pour recuperer le camion et chargement d’une premiere fournées de 500 bottes, avec l’aide des voisins de dominique lugand, le fournisseur de la paille.

pendant ce temp la, david, tel le chevalier blanc sur son fier destrier est arrivé, pour une fois de plus, nous filer un coup de main.

guy, passant par la, fut embauché pour deplacer la projeteuse qui genait dans le passage pour rentrer la semi. quel ne fut pas son erreur !!! il aurait du fuir en courant et en hurlant comme un dement mais non, il s’est gentillement proposé, une fois de plus aussi, pour nous filer un coup de main a vider les bottes.

je blague mais un grand merci a tous les deux pour le coup de main. sans vous, on etait dans la mouise jusqu’au cou.

reprenons. une fois a la maison et apres un premier essai infructueux, on a demonté un battant du portail.

p1070628.JPG

afin que je fasse rentrer la semi au poil de cul prés. 50 cm de portail en moins et c’etait cuit…

p1070631.JPG

et le bébé tout bien garé

p1070633.JPG

aprés comme d’hab, une echelle pour faire glisser les bottes et en avant, dans la joie et la bonne humeur !

p1070638.JPG

p1070643.JPG

p1070658.JPG

la pause syndicale…

p1070666.JPG

et ce qu’on a rangé avant la pause repas.

p1070667.JPG

on avait deja bien transpiré mais alors, apres le repas, pas pareil… une chaleur… la serre remplissant parfaitement son role ainsi que le manque d’air, nous ont carrement mis a genoux…

p1070675.JPG

p1070680.JPG

p1070676.JPG

HHÔÔÔôôôô plus que deux bottes ! pour ce voyage…

p1070681.JPG

julie, albane et lucie se sont proposé pour balayer la semi et c’est avec plaisir qu’on les a laissé faire 🙂 nous, on etait ecroulé comme des sacs, la langue pendante 🙂

p1070689.JPG

c’etait pas tout ca, mais il en restait encore 300 a aller chercher… j’avoue que j’ai pensé a laisser tomber pour la journée car on etait crevé et david ne pouvait pas rester plus longtemps. mais apres divers coup de fils, il est apparu que ca n’allait pas etre possible et que si on finissait pas aujourd’hui, j’etais pas pret de recuperer l’integralité de ma paille… et il etait deja 16 h…

bon, bin, on s’y recolle toujours avec l’aide de guy, qui est venu charger avec moi, les voisins de dominique ayant disparu ( j’en ai vu un qui se planquait derriere les silos a grains en se disant pourvu qu’il me voit pas, pourvu qu’il me voit pas 🙂 ).

a l’arrivée, dominique nous a suivi pour nous filer la main ainsi qu’antoine, le fils de guy. et ils etaient pas de trop.

cette fois ci, je n’ai pas reculé jusqu’au fond du terrain car j’ai failli y rester avec le camion en le sortant. il a comme qui dirait patiné… ha, bin, c’est fait pour faire de l’autoroute, ces betes la… un peu de terre sous les pneus et il sait plus ou il habite. donc, j’ai pas voulu retenter le coup.

on a donc vidé le maximum dans la serre de devant.

p1070709.JPG

p1070710.JPG

p1070716.JPG

p1070722.JPG

une fois pleine, on a utilisé la remorque pour tringeballer les bottes restantes jusqu’a l’autre serre. simple, n’est t’il point?

p1070724.JPG

p1070727.JPG

p1070729.JPG

p1070730.JPG

et on a fini a 20h 30… raides, eclatés, defoncés, atomisés, usés…

un grand merci a david, guy, antoine, dominique, le papa de dominique, les voisins de dominique pour leur coup de main respectif.

une fois de plus, sans vous, on etait mal. donc, un gros bisou sur votre truffe humide !

bon, bin, maintenant dodo. ha non, tiens, on a encore du boulot… bon bin, plus tard alors.

le week end prochain, môsieur va faire mumuse avec sa mini pelle preféré et creuser son puit canadien.

Des murs en paille… quelle drole d’idée…

et c’est parti pour un week end de montage des murs

samedi, gerard et maurice etait la, pour nous filer la main et guy, nous a rejoint dimanche.

alors les bottes ont été posé debout et pour consolider le tout, on a placé des liteaux a l’interieur et l’exterieur du mur et passé une ficelle entre chaque rang de botte, ficelle qui, une fois tendu, serrait les liteaux sur la paille.

on a preferé cette technique au montant de bois dans lequel on coince les botte de pailles, moins econome en bois.

on a commencé par approvisionner en botte de paille, toujours avec le convoyeur.

p1040755.JPG

p1040758.JPG

les premiers rang…

p1040742.JPG

estelle et gerard au redimentionnement de botte.

p1040740.JPG

beaucoup de « pailleux » utilise une tige de fer recourbé a un bout, pour faire passer la ficelle dans la botte. apres avoir essayé, on a pas trouvé ca, des plus pratique.

du coup, en cherchant, ce qu’on pourrait bien utiliser, j’ai eu l’idée d’utilisé la tige en feraille qui sert a fermer les grosses cantines en fer. l’avantage, c’est le trou, ou l’on met le cadenas.

il suffit de passer la ficelle dans le « chat » de l’aiguille et de l’enfoncer dans la botte sans faire traverser toute l’aiguille et de recuperer la ficelle de l’autre coté. c’est beaucoup plus pratique, vrai de vrai !

p1040744.JPG

pour les pignons, on a vissé les liteaux directement dans la charpente.

p1040745.JPG

j’ai posé aussi « l’ossature » pour les fenetres.

p1040747.JPG

p1040752.JPG

ca avance doucement mais surement…

p1040760.JPG

preparation avec maurice de « l’ossature » pour la porte de garage

p1040763.JPG

dimanche, guy est donc venu preter main forte.

ici avec gerard, en train de monter le mur en se faisant un tout petit peu ch… 🙂

p1040768.JPG

et toi ! la bas ! t’appelle ca, un mur droit ? tu crois que je te paye pour quoi ? heeuuu, je te paye pas ? tu viens parce que t’es sympa ? ha ? bon, heeuuu, pardon monsieur. hôôô, comme vous travaillez bien… et je retourne d’ou je viens, oui monsieur. 🙂

p1040769.JPG

ceci est un persuadeur ou effaceur de sourire narquois 🙂 . charmant nom pour denommer un outil quelque peu rustique mais tres efficace pour remettre a leur place des bottes de pailles recalcitrantes ( enfin pas tout le temps…).

p1040772.JPG

rognutudgu, tu vas rentrer, oui !

p1040780.JPG

ha, bah, non raté…

p1040781.JPG

guy, dans le feu de l’action !

p1040782.JPG

on arrive en haut !

p1040789.JPG

p1040790.JPG

TAADDAAAMMMM !!!

p1040795.JPG

p1040797.JPG

apres, il a fallu combler tous les petit trous avec des demi bottes et on a quasiment mis autant de temps a faire ca, qu’a monter les murs…

p1040807.JPG

p1040802.JPG

t’en chie, ma puce? 🙂

p1040804.JPG

et ce fut tout, pour le week end qui fut une fois de plus, bien remplie…

un grand merci a gerard, guy et maurice pour le coup de main.

La paille est arrivée mais c’est pas de la premium quality…

le camion a debarqué ce matin et on a le week end pour le vider.

p1030802-800×600.jpg

ca, c’est la bonne nouvelle et l’unique…

j’avais precisé a mon vendeur qu’il me fallait des bottes seches, mais seches, hein, c’est tréééés important, c’est pour construire une maison, hein? pas pour servir de dunlopillo aux vaches. on est d’accord ?

maaaiis ouuii, qui m’dit, le gonze, sec de chez sec, tes bottes, elles seront !

resultat:

p1030822-800×600.jpg

sans commentaires, n’est ce pas ? il y avait une cinquantaine comme ca… et une autre cinquantaine, plus au moins humide, qu’on a du garder sous peine de courir aller en chercher d’autres
p1030825-800×600.jpg

du coup, mon calcul de botte était bon a foutre a la poubelle… et au lieu de les mettre a plat, on va les mettre debout…

il a du voir marqué pigeon sur mon front. j’etais pressé, j’ai pas eu le temps d’en chercher ailleurs, c’etait pas une bonne année pour la paille et en plus, je les ai payé 3.15 € pieces ( sauf bien sur les mouillées qu’il a recuperé ). ce qui est trés cher. en moyenne, ca tourne entre 1 et 2 euros au taquet.

j’avais bien trouvé un paysan, jsute au dessus de chez moi, qui voulait bien m’en faire mais en plus d’etre en petit canal ( 25cm X 35 cm au lieu de 35 X 45, si mes souvenirs sont exact ) me les vendait encore plus cher meme en m’offrant le transport en plus ( môssieur est trop bo ). donc, lui, il m’a carrement pris pour un âne et sa paille, il se l’ai gardé.

bon, sinon, beau papa etait la, une fois de plus, pour nous filer un coup de main et c’etait pas de refus.

on a adossé une echelle au camion qui nous a servit de tobbogan de compet’.

p1030805-800×600.jpg

ca descendait assez vite et valait mieux garer ces pompes, si on voulait pas se faire ecraser les arpions. d’ailleurs une mauvaise coordination, a laissé a beau papa, une douleur assez prononcé ( encore désolé ).

j’avoins pas vu qu’il s’etait appuyé sur l’echelle, histoire de souffler un peu et moi, je lui ai envoyer la botte suivante, qu’il a rammassé dans le bras. oups !

je plaisante mais il s’est vraiment fait mal. si j’esquinte mes ouvriers, je vais la finir tout seul cette maison.

il avait encore mal, une semaine apres. heureusement que je lui ai pas cassé le bras, chose plausible, au regard du poids des bottes gorgé de flotte et de la vitesse qu’elle prenait. encore milles excuses, andré…

estelle au dechargement. mah, non, ma puce, c’est pas haut, et t’as pas le vertige…
p1030809-800×600.jpg

ca fait un joli tas…

p1030827-800×600.jpg

qu’il a fallu bacher, tout bien comme il faut. les nuages jurassien sont trééés taquin

p1030828-800×600.jpg

fin de l’episode paille.

encore merci a andré ( beau papa pour les intimes ) pour le coup de main, sans lui, c’est pas sur que le camion aurait été vidé dans le week end.