Cloison de l’étage ou comment créer une spatialisation dimensionnellement émotive de l’occupation d’un sur-réel intérieur intrinsèquement relié a la poignée de porte.

et kék part, s’tu veux, faut pas oublier de la poucher, la porte. hein ?

avec la venue de la tatie et du tonton du nord ( alias l’attila de la sieste, vous verrez plus loin 🙂 ), les cloisons de l’étage sont finie. on progresse…

pour les cloisons, pas grand chose a expliquer donc quelques photos:

eu’l tonton, tatie et estelle en action !

et agad’ le travail ! admire, comment c’est chiadé le passage de panne et le rampant. j’aurais pas fait mieux ! ( en fait, j’aurais fait moins bien, mais chuuut, faut pas dire ! )

et au final, ça donne ça…

puis on a commencé les poutres en I du plancher.

on a du ressortir la machine a bois pour repasser quelques membrures qui me manquait pour finir ces poutres. mauvais calcul de ma part…

pour la fabrication, comme d’hab’ avec juste des poutres plus haute et plus longue que celle du toit.

par contre, pour les déplacer, c’est beaucoup plus lourd… et a trois, c’est pas de trop.

pendant ce temps la, tatie passait un coup de râteau pour enlever les saletés et faire place nette pour pouvoir poser les poutres.

Un grand merci a Josette et Jean pierre pour leur gros coup de main. on a bien avancé pendant ces quasi deux semaines.

voila, pour finir cette année, on finit le plancher du rez de chaussé et puis, repos. on en a besoin…

PS: j’avais parlé de warrior de la sieste…

et bien, vous, les siesteurs du dimanche, les amateurs de la petite pose du milieu d’aprém’ ou de fin de repas, vous pouvez tous aller vous rhabiller, le jean pierre, il impose juste le respect 🙂

même le chat qui donne pas sa part au chien, fait pale figure devant le maestro du roupillon

PS 2: pardon a jean pierre pour cette photo peu flatteuse mais je pouvais pas m’en empêcher 🙂 j’entends déjà betonman ( laurent ) se marrer comme une baleine 🙂

la bise a vous deux !

 

PS 3 : des fois, on a pas d’idée pour trouver des titres de post…

 

 

 

 

Bah, j'ai tout l'hiver pour faire mon plancher. tranquille, kôôâ. et bin, non, raté.
Paille VS eau qui mouille... moisissures wins !

6 réflexions au sujet de « Cloison de l’étage ou comment créer une spatialisation dimensionnellement émotive de l’occupation d’un sur-réel intérieur intrinsèquement relié a la poignée de porte. »

  1. ah ouaih, chapeau le siesteur ! 😀
    dis, y’a que chez moi qu’il flotte tout le temps ? tu l’as trouvé où ton soleil ?

    et tes cloisons, phoniquement, c’est po un peu limite ? et pour l’intimité ?
    m’enfin, c’est la mode de la vie communautaire, alors…

    en vrai, tes sections c’est quoi ? et au niveau finition, t’as prévu quoi ?

    • pour le soleil, ça y est, il est reparti…

      pour les cloisons, en effet, affirmer qu’elles sont terminées est quelque peu excessif vu qu’il manque le papier peint orange a grosse fleur.

      fini, ça devrait faire 10 cm d’épais, rempli de terre paille et la finition sera sûrement en terre ( rhâââ le rouge de royan de akterre… dommage que ça coûte si cher… ‘foiré ! ) ou peut être en chaux, genre badigeon. faut qu’on fasse des tests a ce sujet.

      • Et pourquoi pas en placopl… aïe ! …naaan, pas les affaires !…
        Mais sinon avec ces cloisons et finitions en terre, quid de mettre des chevilles dedans (pour y accrocher des trucs et des machins, voire même des étagères) ? ça résiste bien ? C’est pas friable avec un truc de la taille d’une vis+cheville ?

        • bin la placo, j’aime pas ça. pas vraiment d’argument contre mais les rails en ferraille, la pose du placo, la fragilité, la pose de quelque chose par dessus en finition, tout ça, ça me botte pas.
          pour les cloisons terre, t’as quand même l’armature en latis des deux cotés. ça contrevente méchamment et ça permet aussi de pourvoir fixer tranquillement une aquarelle représentant justin bieber traitant son acné devant son miroir.
          pis, vu qu’on a prévu aucun meuble suspendu, pas de problème.
          pour le coté friable, notre essai en brique de terre dans l’atelier ne nous pose pas de problème. quand mon mini troll des montagnes y fonce dessus avec sa trottinette, ça s’effrite légèrement mais rien de grave et il suffirait que je remouille tout ça pour réparer le tout en peu de temps.
          par contre, le couple vis cheville, il faut prévoir long car le porte manteau fixé sur ce mur de brique vient de lâcher après deux ans de bon et loyaux service. mais bon, du 40 de long, ça fait pas lourd pour un matériau friable et mise a rude épreuve

          • et il existe des chevilles molly pour cloisons très épaisses, qui fonctionnent très bien dans les enduits terre. avec une résistance largement équivalente aux mêmes dans le placo.
            j’ai accroché mon radiateur tole qui me sert de boucle de décharge du chofo solaire avec, et une fois plein d’eau, je vous prie de croire que ça pèse !

            sinon, ton ossature, c’est du chevron ?
            et pourquoi un lattis et pas simplement du banchage comme la plupart des collègues ?

          • connais pas les cheville spéciale mais bon a savoir !
            pour l’ossature, non, c’est des montants de 8 cm de large si je me gourre pas et en 27 d’épais et le latis parce que c’est bien plus costaud. on a un copain qui a fait le même principe mais avec des roseaux en rouleau. mais bon, le bois, ça me parle plus, pis c’est moins cher et plus facile a fixer.
            s’il avait fallu bancher on aurait fait direct des briques de terres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.