Deux tiers de toiture de torché donne un angle bâtard a terminer dans la joie et la bonne humeur

ça y est, on a enfin réussi a finir ( presque ) le coté est de la maison.

plein le dos… car bien sur, la météo nous a bien pété les rouleaux et la fatigue s’accumulant, ça commence a me sortir par les trous de nez.

mais c’est pas grave, on arrive a la partie la plus mieux drôle qui va me permettre d’énumérer l’intégralité du répertoire des insultes du capitaine haddock, pour le plus grand bonheur de mes voisins.

m’enfin, bon… a la fin, c’est nous qu’on va gagner !

comme d’hab’, entre deux averses, on a réussi a mettre la paille dans le toit nord. même technique que pour l’autre coté. ça marche bien, pas de raison de changer

par contre, il a fallu que je rabote trois poutres qui remontait du pif. ça faisait un gros écart avec leur voisines. dans les 3 cm. pourquoi, qu’elles rebiquaient vers le haut comme ça… elles étaient peut être contente de me voir… kof, kof… désolé 🙂


ensuite, la routine…

par contre déplier, le parepluie au fur et a mesure, c’est une grande idée. c’est pas très pratique au niveau du chevauchement des laies du haut, pas simple aussi de rester droit en déroulant le bouzin, mais au moins, ça nous a permis de faire un rang ou deux, bâcher, laisser passer l’averse et recommencer.

j’ai du finir le litelage, en mode speedy gonzales car hier s’annonçait pas trop degeu et j’avais de la main d’œuvre volontaire pour prendre une bonne transpirée. fallait pas rater le coche.

j’ai fini le litelage jeudi soir et on a pu poser les rives en zinc vendredi

puis on a cloué les tuiles de rives. pour info, il y a deux trous sur ces tuiles. un apparent qui va recevoir un clou calotin avec un chapeau qui assure un semblant d’étanchéité. le deuxième trou, celui du haut, reçoit un clou classique, ( si possible en inox ) car la tuile suivante vient le recouvrir.

pour l’autre coté, estelle a une fois de plus, vaincu son vertige pour me filer un coup de main. je n’arrivais pas positionner correctement les rives. trop courbaturé, souple comme un manche de pioche, j’arrivais a rien. super estelle a donc tatané grave sa gueule a son vertige et m’a filé un coup de main. a deux, c’est vachement plus simple.

agad’ les huit mètres de haut ! un poil crispée mais huit mètre de haut quand même.

et hier matin, debout 5 h pour finir de poser la faîtière et une chouille de litelage

et gerald est reviendu me filer un coup de main.

on a fini de poser les tuiles de rives

avant que kevin viennent prendre sa transpirée

trois pour tuiler, c’est pil poil.

kevin s’est mis a bas a l’approvisionnement de tuile

pendant que je récupérais les paquets de tuiles pour les passer a gerald qui les posaient.

et comme ça, c’est fou ce que c’est plus rapide.

on a ensuite inversé les rôles. le kevin, il est beau, il est musclé mais après avoir monté une palette de tuile a la poulie, ces bras de puissance de force brute, ont commencé a manifester un certain mécontentement.

en tout cas, les 30 °, on les a bien senti… caramba ! cette transpirée !

on a fini le premier coté a 15 heures et malgré le temps de déménager la poulies et les glissières, on a mis une bonne claque a l’autre coté.

et en fin de journée, on en était la. je devrais pouvoir finir tout ça, tranquillement cette semaine. a moins bien sur, que ce fourbe de joel collado se remette a trémousser son postérieur pour nous concocter une danse de la pluie localisé et tout ça pour que môôôsieur justifie son salaire de chroniqueur météorologique sur radio france. y en a qui recule devant rien, pour faire son intéressant !

et le meilleur moment de la journée ! rhhââââ, siffler de la bière bien fraîche après une bonne journée de boulot et le tout, en très bonne compagnie, ça vaut tous les chateaux petrus et champagne hors de prix de la terre, servi par un gonze qui a un manche a balai qui dépasse de dessous sa queue de pie !

bon, que dire a part, un grand merci a gerald et kevin pour leur coup de main. j’ai bien gagné une semaine de boulot grâce a vous.

maintenant, il va falloir passer aux choses qui fâchent : l’angle. et sa noue, son arretier, son velux, son conduit de cheminée… plein de choses réjouissantes…

PS: quand il n’y en plus, il y en a encore. les deux serres sont habités… les souris ont a intérêt a prendre des cours d’ultimate fight avec chuck norris

les chats, c’est vraiment des queutards 🙂 ( message du CCC comité contre les chats )

 

 

 

 

 

 

 

Mouaip ! bon... bin... et vous, ca va ?
Le blues de la déprime météorologique...

2 réflexions au sujet de « Deux tiers de toiture de torché donne un angle bâtard a terminer dans la joie et la bonne humeur »

    • c’est que j’avais des arpettes de compét’ !
      je viens de finir a l’instant. plus qu’a attaquer l’angle…
      si je te dis que j’en ai marre, tu me crois ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.