Levage de charpente, ca va etre un vrai casse tête…

et pourquoi donc ? mon angle, pardi !

c’est décidément une calamité, cet angle de maison…

suite a notre déconvenue avec la grue, ( comme c’est joliment dit et surtout poliment… avec calme et sérénité… on respire… 1…2…3… CRI PRIMAIRE !!! la… ça va mieux. ) on se tournait vers un levage de l’ossature a l’ancienne avec une chèvre de charpente.

jerome, lecteur de ce blog a eu la gentillesse de nous filer quelques photos accompagné d’explication mais surtout deux vidéo de levage de charpente ou on pige parfaitement le fonctionnement de la bête.  encore merci jerome 😉

puis, on a commencé a cogiter et surtout se rendre compte que ça ne serait pas si simple. la faute a l’angle de la maison.

quelques petites photos sketchup pour bien comprendre:

premier cas de figure:

on monte la ferme centrale ( la plus casse bonbon ) et les deux autre dans la foulée. ( l’autre coté pareil )

premier problème, les pieds des fermes couché qui tape dans la ferme centrale.

deuxième problème: et c’est comment que je la sors ma chèvre de 10 mètre de haut… a part la benner sur le coté… mais avec un mega risque que ça merde et qu’elle se vautre sur les ferme. et vu la chance qu’on a en ce moment, je ne tenterais pas le coup.

capture.JPG

deuxième version:

on commence par monter les fermes extérieures en reculant la chèvre ( la méthode de travail normale ) ensuite, on retourne la chèvre pour lever la ferme centrale. mais avec toujours le problème de la sortie de la chèvre. sans compter le retournement de la chèvre.

la première photo, on fait comme si la ferme centrale n’était pas levé, j’ai oublié de l’enlever avant la capture d’écran

capture1.JPG

capture2.JPG

et bien sur, on ne peut pas mettre les pannes pour contreventer tant que la chèvre n’est pas sortie.

donc pour la chèvre, c’est pas gagné…

reste la solution engin type manitou télescopique mais d’autre soucis apparaissent.

est ce que l’engin va pouvoir descendre dans mes fondations et surtout passer au dessus de mes murs de soubassement? bin, j’en sais rien, je ne connais pas encore la garde au sol de l’engin qui pourrait s’en occuper.

et un autre détail, c’est le manque de place pour manœuvrer. va falloir que la gars sache le piloter son bouzin…

enfin, voila, on a le cortex en surchauffe pour essayer de trouver la solution idéale…

si vous avez un éclair de génie qui pourrait nous aider, n’hésitez pas a nous en faire profiter 🙂

La maison ostraglagluck, 256 pièces, un tournevis, le tout a monter soit même sans effort
Charpente presque taillée !

2 réflexions au sujet de « Levage de charpente, ca va etre un vrai casse tête… »

  1. lève ta ferme centrale à la chèvre, cale la bien (bastaings, sangles,…), renforce la avec des bastaings en reliant faitage, poinçon jusko poto bas central, et sert t-en comme d’une chèvre pour lever la ferme suivante, et ainsi de suite…

    ou fais venir un pilote de manitou pour voir ce qu’il en pense ! ça mange po d’pain ! en général, on attrape la ferme par l’entrait et non par le faitage, ça fait gagner un peu de hauteur. et je ne pense pas qu’il aura besoin de descendre sur les fondations.

    remarque : si je comprends bien les dessins, tu t’apprêtes à lever les fermes avec les pieds de poto pas en place et à les faire ripper ensuite. dans l’idée de la chèvre, c’est l’usage, mais avec le poids de tes fermes, plus tes fondations non continues, ça me parait très (très) difficile… vaudrait mieux les lever avec les pieds en place…

    là, on va se marrer !!! 😀 (et bien dormir le soir !)

  2. bin, dans mon idée pour le manitou, il choperait la ferme au niveau de l’entrait retroussé et descendrait dans les fondations dans le sens de pose en passant par dessus mon mur de soubassement, les roues de chaque coté.
    reste a savoir s’il est assez haut pour passer au dessus du mur de soubassement.
    j’avais bien penser a monter en deux fois, genre les pieds de poteau, les entraits et les jambes de forces, mettre les pannes sablières et ces liens pour contreventer tout ça et faire une mini chèvre a l’étage pour monter la partie poinçon-arbalétrier-entrait retroussé mais il me faudrait un plancher.
    et comme on a prévue de poser directement le plancher final en frêne que je dois fabriquer sur les solives, je risque déjà de l’abîmer et surtout, j’ai pas le temps de le fabriquer
    donc a moins d’en mettre un provisoire qui ne restera pas, ( donc gaspillage de matière et d’argent ) cette idée, n’est pas la meilleure…
    je me tâte… le manitou est le favori pour l’instant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.